Société › Société

Cameroun: La sécurité maritime préoccupe

Le séminaire international sur la sécurité portuaire de Kribi, s’est achevé la semaine dernière

Il y a encore quelques jours, des informations données par la brigade maritime de Douala faisaient état de 5 morts et de 14 rescapés d’un naufrage survenu aux larges des îles camerounaises. On se souvient de même qu’en septembre 2008, un gang lourdement armé avait tenu la ville de Limbé dans le Sud-Ouest, en respect pendant des heures, pillant plusieurs banques de la ville. Les enquêtes ouvertes, avaient rapidement indiqué que les malfrats étaient arrivés à bord d’un bateau par mer. Cette démonstration de force avait une fois de plus, remis sur la table des débats, la fragilité des frontières camerounaises sur le plan maritime.
Dès lors, des initiatives se sont multipliées aussi bien de la part des pouvoirs publics que du secteur privé, pour trouver des solutions efficaces au problème posé avec acuité, par la sécurité maritime, mieux, l’insécurité maritime au vu des cas d’agression des marins en mer. C’est également dans cette optique, que le conseil national des chargeurs du Cameroun (CNCC), a organisé du 09 au 13 mars, un séminaire international sur le renforcement de la sécurité portuaire à Kribi dans la région du Sud. Les travaux visaient à permettre aux participants en provenance des pays de la Sous- région, de maîtriser les différents axes du code international pour la sûreté des navires et des installations portuaires (ISPS).

Le bord de l’océan Atlantique à Kribi
Journalducameroun.com)/n

Ce code en vigueur depuis le mois de juillet 2004, est axé sur les infrastructures portuaires et les navires. Chaque partie a des devoirs, les plans de sûreté ont été également validés par une autorité, selon le texte. Les participants à ce séminaire, ont quitté kribi en sachant par exemple qu’un officier de sûreté est désigné à bord de chaque navire. De même, des niveaux de sûreté ont été définis (1, 2 ou 3) en notant que le niveau 3 correspond à un potentiel de grave menace,. Tout au long de la semaine, les chargeurs de la Sous-région Afrique centrale, ont eu des exposés sur leur rôle, doublé à la démarche à suivre concernant le degré d’application du code international sur le plan national. Les travaux organisés par le CNCC, constituaient en outre, une plate forme d’identification des limites que présentent les mesures actuelles de sécurité quant à la protection des personnes et des biens. Dans le même sillage, les séminaristes présents ont été édifiés sur les différents acteurs qui interviennent dans le domaine portuaire, ainsi que sur les lois qui régissent ce secteur d’activité. Les experts de l’organisation maritime international (OMI), sont venus une fois de plus apporter leurs expériences à leurs confrères de la sous région, tout comme l’International Cargo Handling Coordination Association (ICHA).

En 2008, le président de la république, Paul Biya, a crée le comité national de sûreté maritime, doublé à un comité de sûreté du port, afin d’explorer entre autre, les voies et moyens de lutte contre les pirates de mer.

Une vue de la mer à Kribi au Cameroun
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut