Santé › Actualité

Cameroun: La sochimio se lève contre le cancer

Un atelier sur le plaidoyer de la cancérologie au Cameroun a été organisé dans le cadre de la lutte contre la maladie

Le cancer reste une réalité au Cameroun. De nombreux cas de cancers sont détectés au quotidien. Et pour la population, cette maladie demeure encore un tabou. C’est dans l’optique de la lutte contre cette maladie et l’éducation des populations que la solidarité chimiothérapie (Sochimio) a organisé le 29 avril 2009 un atelier sur le plaidoyer de la cancérologie au Cameroun. Car d’après le Dr Paul Ndom, président fondateur de l’association Solidarité Chimiothérapie, la prévention, l’information, et l’éducation sont des missions majeures dans le cadre de la lutte contre cette maladie.
Plusieurs malades du cancer ont répondu présents à l’appel de la Sochimio au cours de cet atelier. Pendant plusieurs heures, il a été question de trouver des stratégies de lutte contre le cancer au Cameroun. Il s’agit notamment des arguments qui permettent de mobiliser les différents intervenants à s’impliquer efficacement dans la lutte contre le cancer au Cameroun. Des stratégies à mettre en uvre pour le plaidoyer, et les plans d’actions adoptés pour la vulgarisation des résultats de cet atelier.

La Sochimio
Les principales activités de cette association sont entre autres le support psychologique des malades du Cameroun dans leur épreuve, puisqu’ils souffrent dans la chair et dans l’esprit. Egalement, des actions d’appui, au cours desquelles l’association contribue à la réduction des coûts des anticancéreux, Pour cela, nous avons ouvert une pharmacie sociale des antimitotiques à l’Hôpital Général depuis 5 ans, où les médicaments sont de 50% moins chers que d’habitude. Les malades peuvent même y payer leurs médicaments deux à trois mois plus tard, explique le Dr Paul Ndom, En plus de dons faits aux malades, nous leur fournissons un appui financier de 45 000 Fcfa, pour couvrir les frais de diagnostic. Nous possédons un centre d’écoute, d’éducation et d’information sur le cancer où nous faisons des séances d’Iec (Information- éducation-communication), afin d’informer la population camerounaise sur le cancer. Entre autres, nous organisons aussi une marche de sensibilisation, un plaidoyer, un arbre de Noël et nous participons à des congrès de cancérologie, poursuit-il.

Mais dans l’action de la Sochimio, elle est confrontée à des problèmes tels que l’ignorance ainsi qu’aux croyances de la population, en ce qui concerne le cancer. Pour la plupart des gens, c’est une maladie que l’on ne peut pas soigner à l’hôpital. Certains membres de ma famille ont commencé à m’éviter dès qu’ils ont su que j’étais malade, ils pensaient que j’allais mourir. Mais aujourd’hui, je me sens bien, explique Mme Christine Nguiawa, malade du Cancer du sein.
La Sochimio reçoit en moyenne 70 à 95 personnes par séance d’information. Le centre est visité en moyenne par 350 personnes chaque mois pour poser des problèmes d’ordres divers. Aujourd’hui, la Sochimio recherche l’aide financière des partenaires tels que le gouvernement, les Ong, les églises, les familles des malades, des mécènes, . pour mieux prendre en charge les malades.


Noiraufeminin.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut