› Eco et Business

Cameroun: L’Adamaoua regorge également d’énormes potentialités agricoles

Plus de 1000 sacs de maïs de 90 kilogrammes récoltés l’année dernière par les jeunes agriculteurs de Wassande

On ne le dira jamais assez, l’Adamaoua est une terre par excellence pour l’agriculture. Elle reçoit toutes les cultures, qu’elles soient vivrières ou industrielles. Dans le château d’eau du Cameroun pousse aussi bien le maïs – qui est connu comme la principale nourriture locale – que le café et le cacao, principales cultures de rente dans la partie méridionale du Cameroun. Il y a là aussi la culture des kolas très prisées ici, connue comme l’apanage des régions de l’Ouest et du Nord Ouest. Il n’est cependant pas inutile de rappeler que partout dans la région de l’Adamaoua poussent en abondance l’arachide, le manioc, la patate, l’igname, l’oignon, le haricot . qui font la joie des milliers d’âmes.

Mais au-delà de cette autosuffisance, le gouvernement est plus que jamais résolu à faire de cette partie du pays, un véritable grenier national. La création à Wassande (dans l’Adamaoua) du programme d’appui à l’installation des jeunes agriculteurs est l’un des centres pilotes nationaux qui va engloutir à terme, une bagatelle de 11 milliards et demi de nos francs sur huit ans. Cet imposant site que le vice premier ministre, ministre de l’agriculture et du développement rural vient de visiter est une étendue de 4.500 hectares de terre à mettre en valeur pour une production de plus de 15 500 tonnes de céréales attendues. La valorisation de cette espace a commencé en 2006 et à ce jour, 430 hectares de terres sont déjà valorisées par 50 jeunes agriculteurs installés sur les 300 attendus.

Quant au bilan des récoltes à la fin de la campagne agricole dernière, les jeunes agriculteurs de Wassande se frottent plutôt les mains, même si les preneurs se font encore prier. Plus de 1000 sacs de maïs de 90 kilogrammes récoltés l’année dernière attendent toujours dans les magasins de stockage. A travers ces grands investissements, le gouvernement entend garantir l’autosuffisance alimentaire et approvisionner les pays voisins en produits agricoles. Cela passera bien évidemment par l’Adamaoua. Le chef du département ministériel en charge de l’agriculture et du développement rural a profité du lancement de la campagne agricole dans la partie septentrionale du pays pour exhorter les paysans à mieux se préparer pour le comice agropastoral d’Ebolowa.

Des plantations d’ananas

bioetic.com)/n

À LA UNE
Retour en haut