› Politique

Cameroun : l’Américan Tibor Nagy appelle au départ du régime Biya

Paul Biya et Tibor Nagy, le 18 mars 2019 au Palais de l'Unité.
Choqué par la mise en détention de Rebecca Enonchong, l’ex secrétaire d’État aux affaires africaines des États-Unis, affirme que le Cameroun est sous l’emprise d’une dictature.

Réagissant  à l’affaire Rebecca Enonchong mise en détention à Douala pour outrage à magistrat, le diplomate américain Tibor Nagy descend le régime du président Paul Biya dans un tweet. Le comparant à celui du président Poutine en Russie. « Le gouvernement camerounais n’a-t-il pas honte ?  Même Poutine fait preuve de plus de finesse en emprisonnant des gens pour leur politique.  L’heure est aux grands changements à Yaoundé », a-il écrit.

Son tweet suscite une levée de bouclier à Yaoundé. Et comme l’opinion est désormais habituée, c’est le professeur Jacques Fame Ndongo, ministre de l’Enseignement supérieur, secrétaire à la communication du parti au pouvoir le RDPC, qui porte l’estocade.

L’universitaire fait  trois observations à Tibor Nagy. Sur le plan légale, il assure que  les différentes élections se tiennent dans son pays dans le respect des textes en vigueur. Ainsi soutient-il,  le chef de l’Etat n’est pas arrivé au pouvoir par « oukase », mais par une élection libre, démocratique et transparente, martèle Jacques Fame Ndongo.

Toujours pour déconstuire la thèse d’une dictature à la tête du pays, il affirme que :  « C’est Monsieur Paul Biya qui a instauré la démocratie au Cameroun», non sans indiquer que plus de 300 partis politiques exercent dans le pays et de façon libre.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
Advertisement
error: Contenu protégé