Société › Société

Cameroun: l’archevêque Jean Mbarga prône le vivre ensemble

S’exprimant dimanche en la cathédrale Notre-Dame des Victoires, l’homme d’Eglise a dénoncé les violences créées par les extrémistes qui engendrent l’intolérance religieuse

Dimanche 25 décembre 2016, lors de la messe dite à la cathédrale Notre-Dame des Victoires de Yaoundé, l’archevêque métropolitain de la capitale camerounaise, Jean Mbarga, a dénoncé les violences créées par les extrémismes qui, selon lui, engendrent l’intolérance.

S’exprimant à l’occasion de la célébration de la fête de Noël, et commentant les émeutes de la partie anglophone du pays où des revendications corporatistes d’avocats et d’enseignants ont évolué en exigence de fédéralisme, voire de sécession, le prélat a plaidé pour un mieux vivre ensemble.

L’homme d’Eglise a ainsi magnifié l’identité particulière, « si belle et si riche du Cameroun », souhaitant que celle-ci continue de consolider les grandes avancées et les solides acquis du parcours de ce vivre ensemble, parcours que la célébration récente des cinquantenaires de l’indépendance et de la réunification « ont confirmé comme une voie bienfaisante pour tous ».

« Tous, nous ne sommes pas anglophones, mais nous devons être tous anglophiles. Tous, nous ne sommes pas francophones, mais nous devons être tous anglophiles », a-t-il proclamé.

Jean Mbarga, dans son homélie, a également condamné l’intégrisme religieux qui engendre aujourd’hui le terrorisme à travers le monde, estimant que « l’homme le plus dangereux, aujourd’hui, c’est celui qui croit en un faux dieu ».

L’archevêque métropolitain Jean Mbarga.
Droits réservés)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut