Politique › Sécurité

Cameroun : le BIR met fin aux incursions des rebelles centrafricains dans la région de l’Est

© RFI

Les troupes du Bataillon d’intervention rapide ont officiellement mis fin à leur offensive contre les rebelles centrafricains, a annoncé le chef d’État-major des armées, le général René Claude Meka.

Les troupes gouvernementales camerounaises «ont pris le contrôle du principal repaire des rebelles centrafricains ». Selon le site Bertouainfo, grâce au Bataillon d’intervention rapide (BIR), il n’est plus possible aux rebelles venus de la République centrafricaine (RCA) de mener des pillages du côté camerounais dans la région de l’Est.

En visite de terrain, le chef d’état-major de l’armée camerounaise, le général René Claude Meka, a fait savoir que « la situation est sous contrôle ». Et ce ne sont pas seulement des mots. La preuve, les voyageurs qui partent de Libongo, un village de la commune de Salapoumbé, pour Yokadouma, le chef-lieu du département de la Boumba-et-Ngoko, ne risquent plus de tomber sur des rebelles centrafricains, comme le fait savoir Norbert Mossadikou, le maire de Salapoumbé.

La sécurité qui règne désormais sur ce tronçon de 136 kilomètres, qui était prisé par les rebelles centrafricains, est le témoin de ce que la frontière et le territoire national sont sous le contrôle des forces de défense et de sécurité.

Pour atteindre cet objectif, le BIR, l’une des meilleures unités d’élite de l’armée camerounaise, a installé deux postes le long de cette frontière. Un à Libongo et l’autre à Gari-Gombo. Mais le colonel François Pelene, coordonnateur général du BIR, reconnaît que le succès de cette opération est aussi celui des populations locales qui contribuent à leur sécurité en fournissant aux militaires le renseignement prévisionnel.


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé