Société › Société

Cameroun: Le Chantier sur le Mfoundi en arrêt

Le barrage de déviation des eaux cède sous le poids des eaux d’une forte pluie

La forte pluie qui s’est abattue à Yaoundé le 05 mai 2009, a causé d’importants dégâts un peu partout dans la ville. Le plus illustratif est sans conteste, Le nouveau visage que présente actuellement le chantier sur le Mfoundi, un cours d’eau qui traverse certains quartiers de la capitale camerounaise. Le chantier avait été initié par les autorités municipales de ville pour répondre définitivement à l’épineuse question des inondations constamment vécues par les populations et qui bloquent généralement la circulation, dans le centre ville notamment au niveau du carrefour de la poste centrale. Le chantier de recyclage du lit du Mfoundi, était alors considéré comme une véritable thérapie d’un mal qui donnait à Yaoundé un visage peu reluisant en saison pluvieuse.

Malheureusement la forte pluie du 05 mai 2009, a pratiquement inondé le chantier au point où l’on se demande si ces travaux pourront être livrés dans les délais, car l’on se rend compte qu’à chaque grande pluie, les ouvriers sont renvoyés à la case départ. Mais selon certaines indiscrétions, ce chantier risque ne jamais arriver à son terme et la pluie ne pourra cesser de tomber si l’on ne donne pas à manger aux chefs traditionnels. Selon Hilaire Fonkem, le porte parole du chef chantier, le barrage a lâché sous la forte pluie, à cause surtout de l’érosion le sol étant très boueux à cet endroit, les batardeaux chutent et l’on se retrouve inondé. En plus avec le manque de béton armé, et la pression du courant d’eau, il faut faire recours aux motos pompes pour vider le lit de ce petit cours d’eau.

Il faut dire que toutes les eaux de la ville convergent à cet endroit, d’où la difficulté avec les éventuelles déviations que l’on pourra faire.IL faut signaler que le premier barrage a cédé le 1er mai dernier. Celui -ci est donc la suite logique qui plonge les responsables du chantier dans un pessimiste profond car comme le dit Hilaire Fonkem [b on ne sait pas si on pourra livrer le projet à temps, malgré les heures supplémentaires du personnel visant à rattraper le temps perdu. Le moins que l’on puisse dire est que le chantier est au ralenti, et avec le retour des pluies, les Yaoundéens pourraient assister, à un arrêt définitif des travaux de ce chantier au lieu dit abattoir.La solution évoquée par certains riverains était de procéder à des déviations, mais celles-ci pourraient d’avantage endommager les installations.

Hier mardi, une réunion avec la mission de contrôle, la communauté urbaine de Yaoundé, et d’autres techniciens était convoquée pour trouver des voies et moyens adéquats pour faire face à ces menaces des eaux de pluie. Selon Philippe Ndzana, responsable à la communauté urbaine de Yaoundé, une solution miracle n’est pas évidente, par contre il serait souhaitable qu’ils attaquent le chantier par l’amont et reviennent progressivement vers l’aval conseille -t-il. Ce chantier se trouve presque dans la même zone que le siège de la société de presse et d’éditions du Cameroun(SOPECAM), et de l’usine des Brasseries du Cameroun. Si les responsables du chantier ne savent plus à quel saint se vouer pour stopper les pluies qui freinent les travaux de ce chantier, la seule solution possible serait alors de  » parler  » comme tout bon africain avec les  » Forces  » du Mfoundi.

Image d’illustration

journalducameroun.com)/n

À LA UNE
Retour en haut