Société › Faits divers

Cameroun : le chef Bangangté menace de rendre aveugle son homologue Balengou

le roi Nji Monluh Seidou Pokam

Dans un communiqué rendu public, le monarque du peuplé Bangangté s’insurge du comportement de la chefferie Balengou qui selon lui ne respecte pas leurs us et coutumes.

C’est une affaire de succession. Mais là, le problème n’est pas entre les héritiers. Une question plutôt de violation flagrante des coutumes. C’est en tout cas l’avis de Sa Majesté Nji Monluh Seidou Pokam, chef supérieur, roi des Bangangté.

L’histoire remonte aux obsèques de sa majesté Marcelin Happi qui était alors chef du village Balengou. Comme il est de coutume dans ce terroir, en cas de décès d’un chef supérieur Balengou, c’est au chef supérieur roi des Bangangté de procéder à  l’installation du nouveau chef. Même chose du côté de Bangangté où ce sera alors le chef supérieur Balengou qui devra intervenir.

Cette tradition ne s’est pas perpétrée lors du décès du chef Balengou, Marcelin Happi. La raison évoquée serait que le chef Marcelin Happi a signé avant son décès et avec le chef Batcham que désormais, c’est ce dernier qui procédera à l’installation du chef supérieur Balengou et vice versa.

Après avoir scellé cet accord, ils l’ont rapporté auprès du Sous-préfet. Une décision prise qui selon toute vraisemblance n’a jamais été notifiée auprès de la chefferie Bangangté. Et pour son chef, il ne s’agit ni plus ni moins que d’un acte d’humiliation.

C’est pour cette raison que le roi des Bangangté ne s’est pas rendu à l’installation du nouveau chef Balengou, mais comme il explique « j’ai rallié le panthéon où se retrouvent mes ancêtres pour leur faire part de mon humiliation. Dans une communion avec les plans spirituels ancestraux, mes aïeux m’ont fait savoir qu’il s’agit d’une violation grave des pactes traditionnels unissant la chefferie Bangangté et Balengou ».

Au sortir de cette concertation, le roi Nji Monluh Seidou Pokam indique qu’il a reçu des recommandations applicables et irréversibles à l’encontre de la chefferie Balengou. On retrouve parmi ces points, l’interdiction des ressortissants Bangangté de se rendre à la chefferie Balengou.

Mais également, l’interdiction du chef supérieure Balengou d’intervenir dans l’installation du successeur du chef supérieur roi des Bangangté; au cas contraire, ce dernier deviendra aveugle.

Et, il va plus loin pour souligner que les deux rois jusqu’à la fin des temps, ne s’échangent plus l’eau, comme pour dire qu’ils ne pourront plus consommer un repas qui a été apprêté dans une même cuisine.

 


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé