› Politique

Cameroun : le Fon de Nso libre, voici les conditions de sa libération

Les séparatistes demandent notamment à ce chef traditionnel de renoncer à sa candidature pour les élections régionales et envoyer une lettre au président Paul Biya afin qu’il mette sur pieds un processus de négociations avec les sécessionnistes.

Le Fon de Nso est libre depuis ce mardi 10 novembre après six jours passés aux mains des « Bui Warriors », un groupe armés séparatiste actif dans la région du Nord-ouest du Cameroun. Le chef supérieur avait été kidnappé le 5 novembre dernier avec le Cardinal Christian Tumi, qui a été relaché le lendemain.

Les « Bui Warriors » ont posé des conditions à la libération de Sehm Mbinglo II, le Fon de Nso. L’intégralité de ces conditions relayées dans un message audio.

« Après un interrogatoire, un examen, un réexamen et un contre-interrogatoire en bonne et due forme, Sa Majesté Fon Mbinglo a été reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés. Il a été induit en erreur par certaines élites résidant au Cameroun français.  Il a accepté de remplir les conditions suivantes » :

 Qu’il se désintéresse complètement de tout ce qui a trait à la politique et au Cameroun français. A cet égard, le Fon de Nso va envoyer une lettre de démission aux « Ambazoniens ». Démissionner de sa  candidature aux élections régionales.

 Le Fon ne reviendra à la Nso qu’après avoir rempli cet accord ; sinon, il pourrait retourner à Yaoundé ou n’importe où ailleurs au Cameroun français où il pourra promouvoir les intérêts du Cameroun français.

 En cas de récidive du peuple, le Fon sera à nouveau arrêté et pénalisé en conséquence par les forces de restauration.

 Le Fon a accepté de travailler comme autorité traditionnelle intacte et non corrompue pour le peuple Nso, en suivant les traces de son propre père pour retrouver la gloire perdue pour le peuple Nso et réparer sa propre intégrité endommagée. L’intégrité endommagée par son mélange avec la politique camerounaise française. Ici, il a réitéré sa position de ne plus jamais être un homme politique.

 Le Fon a également accepté, lors de sa libération, d’envoyer un message direct à M. Paul Biya, le président du Cameroun français, pour qu’il libère tous nos détenus dans les cachots du Cameroun français, à commencer par le président Sisiku Ayuk Tabe et les membres de son cabinet enlevés par les forces du Cameroun français à l’hôtel Nera d’Abuja au Nigeria et tous les autres « Ambazoniens » détenus dans les prisons et cellules du Cameroun.

 Le Fon a également accepté d’exhorter M. Paul Biya à se mettre à la table des négociations avec l’ « Ambazonie » et à mettre fin à cette guerre insensée qu’il a déclarée au peuple « Ambazonie ».

 Et enfin, le Fon de Nso a accepté de dire ou d’exhorter M. Paul Biya à arrêter toutes les activités à « Ambazonie » en commençant par le retrait de l’armée et l’administration.

« A la lumière de ces éléments, les  Bui Warriors, travaillant main dans la main avec le conseil de défense de Ngoketundjia, souhaitent annoncer au peuple Nso, à l’opinion nationale et internationale ce qui suit. Son Altesse Royale, Sehm Mbinglo, Fon suprême de la Nso a été libéré. Il fera son retour triomphal à Nso.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé