› Société

Cameroun : le gouvernement récupère deux immeubles de logements sociaux achetés par un particulier

Les logements sociaux au Cameroun sont le siège de pratiques de fraudes, de corruption et de favoritisme.

C’est la ministre de l’Habitat, en visite sur le site de Banga Bakako, qui en a fait la révélation ce 1er février 2021.

Célestine Ketcha Courtès, la ministre de l’Habitat et du Développement urbain était en visite ce 31 janvier sur le site des logements de Banga Bakoko, à Douala. Une visite en « en prélude à la rencontre du 1er février avec les acquéreurs en attente de leur logement depuis 2013 », justifie la ministre dans un tweet ce 1er février.

C’est au cours cette visite que la ministre va révéler qu’un particulier a acquis à lui seul deux immeubles de logements sociaux. « Nous avons pu récupérer 2 immeubles achetés par une même personne »., a déclaré la ministre Ketcha Courtès. Ces logements récupérer, poursuit la ministre, vont permettre de « loger de nombreux Camerounais, vœux du Chef de l’Etat ».

La ministre n’en dira pas plus. Rien sur l’identité de l’acquéreur, encore moins sur la façon avec laquelle ces logements gérés par la Société immobilière du Cameroun (Sic), ont pu tomber entre les mains d’une seule personne.

L’acquisition de logements sociaux au Cameroun fait très régulièrement l’objet de favoritisme et de corruption. Il y a quelques jours, le Directeur général de la Sic publiait une liste de 452 personnes invitées à libérer les logements sociaux qu’ils occupent. « Il est porté à l’attention des locataires insolvables de toutes les Cités Sic du Cameroun dont la liste jointe que, compte tenu du non-paiement de leurs charges locatives, le contrat qui les lie à la SIC est déjà résilié de plein droit conformément à l’article 5 du contrat de bail. À cet effet, ils sont tous priés, chacun en ce qui le concerne, de libérer tant de corps que des biens et de tous occupants de leur chef, dans un délai d’un mois à compter de la date de signature du présent communiqué, lesdits logements qu’ils occupent désormais sans titre », avait déclaré Ahmadou Sardaouna, le DG de la SIC.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé