Culture › Musique

Cameroun: Le groupe Abiali percussions présente son nouveau spectacle ce vendredi au CCf de Yaoundé

Sept artistes partageant une passion commune pour les rythmes, l’énergie et la couleur des danses

Le groupe Abiali Percussions est né de la volonté de 7 artistes partageant une passion commune pour les rythmes, l’énergie et la couleur des danses. Ils sont pétillants de vie et d’ambition, marqués par la volonté tenace d’assurer une continuité musicale riche et variée et de redonner à l’Afrique sa fierté sa dignité et son amour propre. C’est aussi un « métissage » entre tradition et modernité. Métissage, car l’ uvre d’Abiali percussions s’appuie certes sur l’expression des rythmes traditionnels de l’Afrique profonde mais aussi des rythmes d’ailleurs. La riche tradition des conteurs, des ch urs de femmes et des griots y prend une part importante. Un métissage entre tradition et modernité qui se refuse à tout cloisonnement ethnique et musical. Ces musiques et chants valorisent la grande diversité rythmique, folklorique et linguistique du Cameroun et de l’Afrique. Dans une Afrique centrale à la traîne du dynamisme et du bouillonnement culturel des autres régions, le groupe « Abiali percussions » fait office de référence.

Référence par la diversité et la pluralité ethnico artistique de ses membres : sept personnages (chanteurs, danseurs et surtout musiciens) d’horizons divers, réunis autour d’instruments du monde entier et surtout du Cameroun et d’Afrique, intégrant des percussions (tam-tam, tambour…), des instruments tribaux (Maracas, flûtes, Sanza castagnettes, xylophones…), des objets de récupérations (fers, bidons, tôles.) et des chants inspirés de différents dialectes du Cameroun. Référence par la singularité et l’originalité de sa démarche : rechercher et rassembler les rythmes traditionnels et ancestraux du Cameroun et de l’Afrique (éssewe, bikutsi, bottle danse, assiko, mangambeu, ambassibé, mbali, ebassa, ekan) afin de préserver le patrimoine culturel artistique du Cameroun et constituer des repères pour les générations futures. Le spectacle de ce 4 février sera sans doute un nouveau festival de couleurs et de styles, à l’image du Cameroun.

Abiali Percussions
Journalducameroun.coma)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé