Opinions › Tribune

Cameroun: le jeune Nembot, torturé par des éléments du BIR à Bafoussam

Par Jean Claude Fogno, SecrĂ©taire exĂ©cutif permanent du Comptoir d’assistance judiciaire

Communiqué N°76/CAJ/16

TORTURE DU JEUNE NEMBOT PAR LES ELEMENTS DU BIR A BAFOUSSAM

Le COMPTOIR D’ASSISTANCE JUDICIAIRE, mis en place avec le concours des gouvernements canadien et camerounais, spĂ©cialisĂ© dans la dĂ©fense des droits de l’homme, violations des droits fonciers, droits patrimoniaux et autres injustices sociales et placĂ© sous la houlette conjointe des Ongs Solutions Cameroun et Mandela Center, porte Ă  la connaissance de l’opinion nationale et l’internationale les faits suivants:

– Qu’en date du 16 aoĂ»t 2016, le sieur GOUFACK NGOUADJIO Corentin, tĂ©l: 699 27 94 19 et 674 358 286, nĂ© le 06 aoĂ»t 1983 Ă  Dschang, rĂ©cĂ©pissĂ© CNI N° 118 652 033 4, Ă©tabli Ă  OU02, promoteur des Ets ALCOM OUEST, spĂ©cialisĂ© dans la production des ouvrages mĂ©talliques et basĂ© Ă  Mbouo-Bandjoun a prĂ©textĂ© un viol imaginaire sur sa fille par le jeune Nembot Thierry qu’il est allĂ© chercher au village aux fins accroĂ®tre ses activitĂ©s, il y a plus de quatre ans;

– Que suite Ă  cette accusation fantaisiste contre son employĂ© Nembot, le sieur Goufack, avec la complicitĂ© de certains Ă©lĂ©ments du BIR, l’a conduit manu militari au sein de l’unitĂ© du BIR de Bafoussam, installĂ©e dans un camp d’une quinzaine de chambres, dans l’enceinte de l’aĂ©roport de Bafoussam, Ă  Bamougoum et forte d’une quinzaine d’Ă©lĂ©ments;

– Qu’alertĂ©s par les populations riveraines, le SecrĂ©taire ExĂ©cutif et quelques membres du Comptoir d’Assistance Judiciaire (CAJ) ont fait le dĂ©placement de YaoundĂ© Ă  Bafoussam, notamment, Ă  l’aĂ©roport de Bamougoum le 20 aoĂ»t dernier pour se heurter pendant plusieurs minutes au refus catĂ©gorique des Ă©lĂ©ments du BIR de libĂ©rer le jeune Nembot sous prĂ©texte que leur chef n’est pas sur place;

– Que nous avons Ă©tĂ© traumatisĂ©s face aux appels incessants des riverains qui assistent impuissants au quotidien aux cris de dĂ©sespoir total du jeune Nembot des suites de torture systĂ©matique Ă  l’aide du balançoire Ă©lectrique, du dos de la machette, des rangers de l’armĂ©e et autres moyens lugubres de torture propres aux sinistres commandos;

– Que des dizaines de tĂ©moins oculaires qui sont prĂŞts Ă  tĂ©moigner (dont certains Ă©lĂ©ments du BIR) qui ont vĂ©cu cette violence inouĂŻe et barbare ont affirmĂ© le 20 aoĂ»t 2016, eu avant notre passage que le jeune Nembot Ă©tait pratiquement dans un Ă©tat prĂ©occupant, avec des saignements partout des suites des sĂ©vices corporels Ă  rĂ©pĂ©tions depuis le 16 aoĂ»t 2016;

– Que selon les explications du sieur GOUFACK lors de notre Ă©change le 20 aoĂ»t 2016 dans son atelier Ă  Mbouo-Bandjoun, il nous a prĂ©sentĂ© la photo du colonel Atangana, Commandant du Sixième secteur militaire (SM6) Ă  Bamenda, qui lui aurait recommandĂ© de conduire son employĂ© au camp du BIR pour une torture systĂ©matique;

– Qu’il est clairement Ă©tablit que ce n’est que notre intervention et celle d’autres Ongs qui a dissuadĂ© ces auteurs d’arriver au bout de leur sale besogne de meurtre après la torture sauvage pendant plus de 03 jours par des Ă©lĂ©ments du BIR;


FACE A CES ACTES DE BARBARIE INOUIE, LE COMPTOIR D’ASSISTANCE JUDICIAIRE :

– Rappelle qu’il ne manifestera aucune faiblesse pour le suivi de l’action publique (plainte) mise en mouvement par devant le Commissaire du Gouvernement preÌ€s le Tribunal Militaire de Bafoussam, contre les Ă©lĂ©ments du BIR et leurs complices pour des crimes d’Arrestation et sĂ©questration, de Torture et de tentative de Meurtre, faits prĂ©vus et rĂ©primĂ©s respectivement par les dispositions des articles 74, 291-2, 273-3 et 275 de la Loi N° 2016/007 du 12 juillet 2016 portant Code pĂ©nal camerounais,

– Condamne, avec la dernière Ă©nergie, la tentative honteuse et inadmissible, de manipulation par la hiĂ©rarchie militaire sous le fallacieux prĂ©texte d’Ă©viter de salir la rĂ©putation d’un corps d’Ă©lite de l’armĂ©e camerounaise;

– Exige, avec la plus haute fermetĂ©, des mesures appropriĂ©es pour que les auteurs de ces actes hautement rĂ©prĂ©hensibles soient sanctionnĂ©s afin que ce genre de dĂ©rapage inadmissible ne se reproduise plus jamais;

– Prend le ferme engagement d’informer rĂ©gulièrement l’opinion nationale et internationale de la suite rĂ©servĂ©e Ă  cette scabreuse affaire.

Fait à Yaoundé, le 30 août 2016.


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut