Opinions › Tribune

Cameroun: Le journaliste Evariste Menounga libéré au bout de 5 heures d’enfer

Communiqué du syndicat National des journalistes du Cameroun

Le journaliste Evariste Menounga, grand reporter au quotidien privé camerounais Mutations, a été libéré le 6 mars 2013 après 5 heures de garde à vue au parquet du tribunal de grande instance du Mfoundi, situé dans la capitale du pays. Il venait d’être entendu sur procès verbal pendant quelque 90mn par le substitut du procureur de la république près de cette cour. Arrêté le même jour en milieu d’après-midi, il lui est reproché d’avoir opéré des prises de vue au niveau de la guérite du tribunal criminel spécial (TCS), et donc hors de la salle d’audience.

Pendant son audition, le journaliste s’est attelé à démontrer qu’il n’avait pas enfreint la loi. Il lui a été rétorqué qu’il devait détenir une autorisation de prise de vues pour filmer, même à l’extérieur de la salle d’audience.

Evariste Menounga venait de couvrir une audience du procès opposant Jean Marie Atangana Mebara, Ephraïm Inoni, ex-dignitaires du régime, à l’Etat du Cameroun pour détournement de deniers publics. Il filmait la foule afin d’illustrer son article du lendemain.

Après moult tractations, mais surtout les interventions Me Atangana Ayissi, avocat au barreau du Cameroun, de son directeur de publication, Xavier Messè ainsi que de pressions venues de la corporation, il a été remis en liberté alors que son appareil photo était confisqué pour «examen».

Tout en félicitant la corporation pour la mobilisation spontanée, en saluant le retour à la liberté d’un confrère qui a échappé à un enfermement en bonne et due forme dans une cellule pour avoir fait son travail, tout son travail et rien que son travail, le Syndicat national des journalistes du Cameroun (SNJC) :

– tient à relever et à condamner, avec la dernière énergie, la poursuite des tracasseries diverses dressées dans la quête de l’information par les autorités politiques et judiciaires du ;

– les rendra désormais responsables de toute entrave à la liberté d’informer ;

– appelle les gouvernants à cesser toute forme d’intimidation à l’endroit des journalistes ;

– appelle les détenteurs de la décision publique à cesser de faire du Cameroun un pays tracassier qui tend à instaurer une autocensure de fait chez les journalistes.

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut