› Politique

Cameroun : le lamido de Garoua dément son implication pour la libération des détenus du Grand Nord

Le lamido de Garoua nie sa participation à la déstabilisation du Pays
S.M Ibrahim Elrachdini, le lamido de Garoua

Le chef traditionnel nie la tenue d’une réunion autour de lui dans le but de revendiquer la libération de Marafa Hamidou Yaya, Iya Mohamed et Amadou Vamoulke.

Trois jours après la libération de l’ancien ministre de l’Eau et de l’Energie Basile Atangana Kouna, les esprits s’échauffent dans le Grand-Nord. Invoquant l’argument d’une justice à deux poids deux mesures, certains ressortissants de la région du Nord, demandent la libération des leurs détenus pour détournements de deniers publics.

Cette initiative reprise dans plusieurs documents et les réactions qui en découlent ont provoqué la sortie des autorités. En premier, le Lamido de Garoua. Dans un communiqué, le monarque tient à apporter « un démenti formel » à des « allégations » informant de la tenue d’une « prétendue réunion autour du lamido de Garoua, à laquelle auraient pris part certaines élites du Nord dont l’ex délégué du gouvernent, des députés à l’Assemblée nationale et  le waziri du lamidat de Garoua ».

Sa Majesté Ibrahim Elrachdini, dénonce en particulier le document signé d’un certain Haman Bello qui circule sur les réseaux sociaux. Pour lui, de telles «allégation » sont « dénuées de tout fondement », tout comme « une quelconque candidature liée aux élections avenir ». L’autorité traditionnelle les considère comme des « actes malveillants et ignobles qui n’engagent que leurs auteurs animés d’intentions malsaines et criminelles pour des buts inavoués », déclare-t-il. Aux dernières nouvelles, l’initiateur de marche projetée a été mis  aux arrêts lundi 1er août 2022.

son interpellation est survenue après que l’autorité administrative a été saisie d’une déclaration de marche pacifique. Dans une correspondance adressée au sous-préfet de Garoua 2, le fondateur de la confédération des associations des jeunes solidaires du Cameroun projette une marche dite pacifique.

A la lecture de la lettre, cette marche est prévue pour vendredi 12 août 2022. Elle a pour objet de remercier le chef de l’Etat pour la libération de Basile Atangana Kouna d’une part. D’autre part, à travers cette marche «  nous lui demanderons le même acte de générosité pour les nommés Marafa Hamidou Yaya, Amadou Vamoulké, Iya Mohammed », peut-on lire sur la copie qui circule sur la toile.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé