Société › Société

Cameroun: le ministre des domaines et affaires foncières en justicier à Douala

En visite actuellement dans cette ville, Pascal Anong rend son verdict dans différents litiges fonciers

Cris de joie, grincements de dents, incompréhensions, bref, toutes les expressions peuvent aisément se lire sur les visages selon que l’on soit dans le camp du vainqueur ou du vaincu. En effet, le ministre des domaines et affaires foncières, Pascal Anong Adibimé, après plusieurs descentes dans la cité économique, est venu trancher sur différents dossiers en souffrance depuis plusieurs mois, voire années dans les tiroirs de ce ministère. On n’exagère pas en parlant de visite de travail, au vu des verdicts qui sont déjà tombés. Il est certes vrai que comme à l’accoutumée, le ministre des domaines et affaires foncières à Douala depuis ce mercredi, 15 avril, a eu plusieurs séances de travail avec ses collaborateurs, dans le but d’évaluer le travail abattu jusqu’ici, depuis l’adoption et le lancement du budget 2009 dans son secteur d’activité.

Au cours de cette visite de deux jours, le ministre est d’entrée de jeu sorti de sa réserve, pour taper du poing sur la table et apporter des solutions concrètes aux différents problèmes liés au litige foncier encore en cours. Au quartier New Bell à Douala II où il s’est rendu par exemple, Pascal Anong, s’est prononcé en faveur de l’archidiocèse de Douala qui discutait un terrain d’une superficie de 11 000m2, avec l’association islamique de cette circonscription. D’après le ministre, l’archidiocèse a obtenu un titre foncier depuis environ douze ans. Un titre qui avait été délivré en bonne et due forme par l’ancien ministre de l’urbanisme et de l’habitat à cette époque. Au quartier Logbessou, le titre du terrain accordé à l’université de Douala par décret, sera officialisé ce jeudi, 16 avril. Le ministre des domaines et affaires foncières va en outre, procéder toujours ce jeudi, à la délimitation de la surface occupée par l’aéroport international de Douala.

Un manuel sur le titre foncier pour informer les populations
L’obtention d’un titre foncier au Cameroun est devenu au fil des ans, un véritable parcours du combattant, voire un chemin de croix comme se plaignent de plus en plus les populations. C’est pour répondre aux récriminations des usagers que depuis juillet 2008, le ministère des domaines et affaires foncières (Mindaf), a mis sur le marché du livre, un ouvrage intitulé: les 100 questions de l’usager. Présenté sous forme de livre de poche, il répond aux différentes questions liées justement à la procédure d’obtention d’un titre foncier. Les questions comme : combien de temps dure la procédure ? Combien faut-il payer pour les travaux de bornage si le terrain est situé dans le périmètre urbain? Et bien d’autres illustrées par des dessins, sont abordées dans l’ouvrage, tout comme sont mises en évidence, les lois et textes qui régissent le domaine foncier dans notre pays. La réalisation de ce livre selon le Mindaf, a pour objectif non seulement d’informer et de sensibiliser les populations, mais constitue aussi un axe important dans la campagne anti corruption lancée par le ministère. Une campagne dont le but avoué, est d’assainir les comportements des agents qui interviennent tout au long du processus.


journal du Cameroun)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut