Sport › Football

Cameroun : le ministre des Sports exige la suspension du processus électoral à la Fécafoot

Le ministre Mouelle Kombi et Mbombo Njoya, président de la Fécafoot (photo d'archives)
Refusant de désigner des commissaires du gouvernement à l’Assemblée générale de validation des nouveaux textes de la Fédération camerounaise de football projetée le 13 juillet 2021, le Prof Narcisse Mouelle Kombi justifie sa décision par de nombreuses entorses à la loi et des vices de procédures.

Pour le ministre des Sports et de l’éducation physique (Minsep), les conditions pour la tenue d’une élection apaisée ne sont pas réunies à la Fédération camerounaise de football. Le patron des sports relève plusieurs incongruités dans le processus d’organisation desdites élections.

Narcisse Mouelle Kombi qui dit n’avoir pas été mis au fait des statuts récemment validés par la FIFa, motive notamment son  opposition par la sentence du Tribunal arbitral du sport (TAS) qui, le 15 janvier 2021, a annulé l’élection du Comité exécutif en place à la Fédération, et la décision du Comité national olympique et sportif (CCA-CNOSC) qui désapprouve le renouvellement d’une nouvelle assemblée générale en lieu et place de celle de 2009.

Le ministre des Sports fait trois constats majeurs dans le lancement du processus électoral qui a débuté en juin dernier par la désignation des délégués des Ligues départementales. Dans sa correspondance transmise le 8 juillet  au président par intérim de la fédération Seïdou Mbombo Njoya, le membre du gouvernement déplore :

– Le non-respect des dispositions de la loi en vigueur au Cameroun

– Le non respect de l’esprit de la lettre des sentences rendues par le Tribunal arbitral du sport (TAS) et la Chambre de conciliation et d’arbitrage du Comité national olympique (CCA-CNOSC), induisant l’illégitimité des personnes convoquées à l’Assemblée générale du 13 juillet 2021

– Le non-respect de ses propres textes par la FECAFOOT.

 Le Minsep estime ainsi que : « dans ce contexte critique et d’incertitude juridique, il n’est pas possible à l’administration de tutelle d’avaliser ou de soutenir l’initiative du processus électoral dans les conditions problématiques où elle est envisagée en désignant deux commissaires du Gouvernement.»

Il ajoute : « en rappelant par ailleurs avec emphase que l’annulation de l’ entièreté du processus électoral de décembre 2018 par la sentence du TAS du 15 janvier 2021, oblige au retour au statu quoi ante, c’est à dire une reprise du processus ace. L’adoption des statuts par les mêmes instances ( AGE 2009 ) et en conformité avec les statuts de 2012. Je vous demande de vouloir bien surseoir à la tenue de l’Assemblée Générale Extraordinaire envisagée le 13 juillet 2021, ainsi qu’à la poursuite du processus électoral en cours, dans l’attente des Hautes Directives sollicitées à ce sujet.»

Cette invite de la tutelle devrait stopper l’ensemble des marches engagées du côté du quartier Tsinga à Yaoundé.




L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé