› Politique

Cameroun : le ministre René Sadi banalise la flambée des prix sur le marché

René Emmanuel Sadi, le ministre Camerounais de la Communication

Répondant à la chaine de télé France 24 auteur d’un reportage sur la hausse vertigineuse du coût de certaines denrées de grande consommation, le ministre de la Communication estime que l’inflation demeure contenue dans des proportions parfaitement maitrisées.

Face à la flambée des prix dans les marchés, de nombreux consommateurs tombent des nues. Par exemple :  le litre d’huile raffinée est passé de 1100 à 1500 FCFA, le prix du kilogramme de viande de bœuf (sans os) de 2800 FCFA à 3000 FCFA, le poulet de chair est passé de  4000 à 5000 FCFA, et sur presque toutes les étals le moindre fruit de tomate coute 100 FCFA.

Dans un reportage diffusé sur la chaîne de télévision France 24 le 23 décembre 2021, plusieurs consommateurs sont aux abois. D’aucun, faute de moyens renoncent à leur choix de denrées pour se reverser vers des produits moins couteux. Un commerçant fait observer que la hausse des prix ira grandissante en 2022. Du fait de la crise économique,  aggravée par la persistance de la pandémie du Covid-19 qui induit une hausse des couts à l’importation.

Le reportage rappelle qu’en 2008 une flambée des prix pareille avait occasionné des émeutes de la faim au Cameroun. Une allusion mal digérée par le ministre  de la Communication. « Ce reportage annonce, qu’advenant une persistance de cet état de choses, la situation sociale pourrait déboucher à court terme, sur un soulèvement de grande envergure, menaçant à la fois la stabilité des institutions et la paix sociale au Cameroun. Le Gouvernement de la République dénonce avec la plus grande fermeté, ces allégations fantaisistes, dénuées de toute véracité, et qui ne traduisent en rien la réalité socio-économique de notre pays à l’heure actuelle », écrit René Emmanuel Sadi.

Sur la flambée des prix des produits sur le marché, le membre du gouvernement affirme que : « en cette veille de fin d’année, non seulement les marchés continuent d’être approvisionnés en denrées alimentaires ā la hauteur des besoins de consommation des populations, mais l’inflation demeure contenue dans des proportions parfaitement maitrisées, comparé en tout cas, aux taux généralement observés à travers le monde. En effet, avec un taux d’inflation de 2% environ, le Cameroun peut légitimement être considéré de ce point de vue, comme l’un des pays les plus performants á travers le monde ». Un propos qui tend à minimiser l’ampleur de la situation au moment où des ménages se sentent « asphyxier » par le renchérissement du coût de la vie.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé