CultureCulture › Arts visuels

Cameroun: Le Président du Fatéa se confie à JDC

Bienvenu Mbala met en lumière les maux qui handicapent la culture Camerounaise

Vous êtes le promoteur du Fatéa. C’est quoi le Fatéa?
Je suis Bienvenu Mbala, mais je suis plus connu sous le nom de Bengoula International. Le Fatéa c’est le Festival des Arts et du Théâtre pour l’enfant Africain. Nous sommes rendus cette année à la 11è édition.

Quel est le but visé par le Fatéa?
Le Fatéa a pour objectif principal de contribuer à l’éducation et à la formation des enfants au moyen des arts plastiques et arts scéniques.

Quelles sont les conditions qu’il faut remplir pour participer au Fatéa?
Les conditions d’accès ne sont pas compliquées. Il faut juste nous adresser un dossier de participation d’une part, et de l’autre part nous nous essayons de sillonner le pays pour voir ce que font les enfants les jeunes au Cameroun. Les artistes professionnels viennent tout simplement meubler l’évènement. Donc l’enfant est au centre de nos préoccupations. C’est pourquoi vous avez vu des groupes de jeunes scolaires de 8 à 10 ans. Au Cameroun il n’y avait aucun festival destiné aux enfants. Nous voulons donc développer les talents qui sont en ces enfants et leur permettre de s’exprimer.

Quels sont les Problèmes auxquels vous êtes confrontés?
Le problème majeur reste le manque de financement. A cela il faut ajouter le manque de soutien des pouvoirs publics. Vous voyer il des hauts responsables qui devaient faire des discours, mais depuis 40 minutes qu’on les attend, il n’y a personne. J’ai donc été obligé de commencer sans eux. Pourtant ce festival est une occasion idoine pour éduquer les enfants. Et l’éducation des enfants commencent aussi par le respect de l’heure.

Avez-vous des doléances?
Même comme le ministère de la culture dit qu’il n’a pas l’argent, je voudrais qu’il y ait une véritable réforme culturelle dans notre pays. A ce jour au ministère de la culture il n’ya aucune direction du Théâtre. Je ne voudrai pas critiquer mon ministère mais je crois qu’il y a encore beaucoup à faire dans ce secteur. Je propose donc qu’il y ait des reformes et qu’elles soient appliquées.

quelle est la différence entre cette édition du Fatéa et l’édition précédente?
La différence se situe au niveau de la programmation. Car cette année il y a beaucoup d’innovation. Nous avons essayé de réunir les arts au maximum. Cette année il y a des spectacles sur la poésie les contes la musique, le Théâtre l’atelier concours de dessin. Voilà la grande innovation de cette 11 ème édition du Fatéa.

Votre mot de fin.
Je demande aux parents pouvoirs publics mécènes hommes de lettres promoteurs culturels de soutenir le Fatéa, de soutenir la culture. Voilà un festival que j’organise seul sans financement local. Le peu de soutien que je reçois vient plutôt de l’étranger notamment de la France. Je voudrai remercier le chef de l’état son excellence Paul Biya qui soutient la culture à travers un fonds d’aide évalué à 1 milliard par an. Malheureusement nous avons des difficultés pour recevoir cet argent.

Bienvenu Mbala, président du Fatéa
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut