Politique › Sécurité

Cameroun : le président Paul Biya sanctionne plusieurs policiers

S.E. Paul-Biya
Le président de la République, Paul Biya a signé, ce mercredi  15 septembre  2021, d’importants textes portant abaissement de grade ou d’échelon de certains policiers. Les raisons de ces abaissements sont diverses.

En effet, le décret du chef de l’Etat, chef suprême des forces armées et police, indique entre autres qu’ Emmanuel Gabriel Noah, inspecteur de police, a été sanctionné « pour faute contre l’honneur, le devoir et la probité par non-paiement de loyer »; Armand Wafo Foba, officier de police, est quant à lui été frappé « pour retrait indu et rétention abusive des pièces et documents d’un usager et indélicatesse portant atteinte à la considération de la Police par extorsion des fonds » 

Par ailleurs, Shayadini Tetndap Fadimatou, inspecteur de police, est sanctionné « pour faute contre l’honneur, le devoir et la probité par non-paiement de ses dettes, indélicatesse commise dans la vie privée et préjudiciable au renom de la police par pratique d’une activité privée lucrative » ; Bernardin Gaël Biloa Onana, Inspecteur de Police, est critiqué pour son « indélicatesse ou compromission portant atteinte à la considération de la Police par distraction et vente d’une moto d’origine douteuse »

Le décret du chef d’Etat indique également que Valentine Nguemua Benga, officier de police, est sanctionné « pour faute contre l’honneur, le devoir, la probité par non-paiement de la dette et insubordination hiérarchique par refus de répondre à une demande d’explication » ; Brice Charles Mvondo, gardien de la paix principal, a été sanctionné « pour négligences graves ayant entrainé la perte d’une arme de service et d’un chargeur garni de treize (13) munitions »

Autre personne sanctionné, Narcisse Ambela Djomo, inspecteur de police. Il est sanctionné « pour faute contre l’honneur, le devoir et la probité par émission de chèque sans provision et non remboursement de la dette » ; Daniel Etsike Ekoe, inspecteur de police, est sanctionné « pour faute contre l’honneur, le devoir et la probité par détournement d’un dépôt » 

Les faits reprochés à  Bertrand Bindjeme Enock, gardien de la paix, sont multiples. Il lui est réprimandé son «abandon d’un poste de garde, négligences graves dans l’exercice de ses fonctions et insubordination hiérarchique ». Enfin, Jean Vincent Dadan, gardien de la Paix, puni « pour manquements aux consignes et indélicatesse ou compromission portant atteinte à la considération de la police par extorsion de fonds aux usagers de la voie publique contre restitution des pièces personnelles ».


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
Advertisement
error: Contenu protégé