Politique › Institutionnel

Cameroun: Le RDPC se déchire dans la Bénoué

Le séminaire d’information et de sensibilisation tenu à Garoua le 2 juin a plutôt été le théâtre de joutes verbales et de bagarre entre militants du parti

Décidément, plus rien ne va au sein du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais. Alors que certains de ces cadres ont été emportés par les grippes de l’épervier dans le cadre de l’opération du même nom, le climat délétère qui règne depuis un certain temps au sein dudit parti a été exacerbé récemment par l’arrestation de Marafa Hamidou Yaya le 16 avril date dernier. Entre incompréhension des militants du Nord particulièrement, et silence de l’organe dirigeant du parti, les partisans de certaines personnalités inculpées ont vite fait de crier à l’injustice. Officiellement, la rencontre de Garoua s’inscrivait dans le cadre des séminaires régionaux d’information et de sensibilisation instruit par le Secrétariat Général du Comité Central en direction des responsables du parti à la base, afin de présenter à ces derniers les changements survenus dans les textes de bases du parti et le nouveau code électoral. Mais au regard de la tension qui règne en ce moment au sein de ce parti, il s’agit également d’expier les démons de la division, apaiser les colères des uns et des autres, mais surtout rassembler les troupes à l’aube des élections législatives et municipales de 2013. A Garoua, la délégation du Comité Central était conduite par la présidente de l’Organisation des Femmes du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (OFRDPC) Madame Yao Aïssatou, accompagné d’Oumarou Denis, Hayatou Pierrette, Razack Johny, Zourmba Aboubakar et de l’honorable Zondol Hernesse.

La permanence du parti de Garoua qui servait de cadre à cette rencontre manquait de place pour contenir la masse des militants venus nombreux assister à ce séminaire qui était pour eux l’occasion de prendre connaissance des changements apportés dans l’organisation du RDPC et des lois régissant l’organisation des élections au Cameroun. Dans son message introductif aux travaux du séminaire, Yao Aïssatou s’est avant tout félicitée des résultats du dernier congrès ordinaire du parti tenu en septembre 2011, des innovations apportées dans les statuts et règlements intérieurs concernant notamment l’harmonisation de la composition des bureaux des organes de base, les modalités d’élection des responsables des bureaux des organes de base, le respect de la hiérarchie et la discipline, les relations entre le RDPC et les organisations spécialisées. A propos de Madame Haman Hadama et de Marafa Hamidou Yaya, les deux cadres nordistes du parti poursuivis en ce moment dans le cadre « l’opération épervier », la cheffe de délégation a rappelé que le RDPC fonde son action sur les principes de rigueur et de moralisation. Par ailleurs, les actes posés par ces derniers dans l’exercice des responsabilités auxquelles ils sont nommés « les engagent à titre personnel et individuel. Le parti ne saurait donc répondre des actes individuels et personnels posés par les uns et les autres. » Mais visiblement ces quelques paroles et la célérité avec laquelle Yao Aïssatou a survolé la question, n’ont pas satisfait certains militants.

Marafa Hamidou Yaya, la pomme de la discorde.
Le fait divers de ce séminaire régional de Garoua aura été sans aucun doute la bagarre en pleins travaux entre madame Hadja Haoua, très remontée contre Yao Aïssatou, et la cousine de la présidente de l’OFRDPC qui voulait prendre la défense de Yao Aïssatou. Il fallait s’y attendre, ce séminaire allait être le rendez-vous du grand déballage, un exutoire pour tous ceux là qui souhaitaient cracher à la figure des dirigeants centraux du parti leur mécontentement. Pour madame Hadja Haoua présidente de l’association des femmes chocs pour la paix au Cameroun, Marafa Hamidou Yaya n’est qu’un « bandit » et dans cette affaire c’est le président Paul Biya qui est injustement agressé à travers les fameuses lettre de l’ex MINATD. Devant toute l’assemblée elle a affirmé que Madame Yao Aïssatou est une hypocrite qui est en réalité derrière Marafa. Selon elle, ce sont des militants qui le jour se réclament du RDPC et la nuit militent en faveur de Marafa Hamidou Yaya. Il a fallu l’intervention des forces de l’ordre et des camarades militants pour rétablir le calme et poursuivre les travaux. Cet incident est sans aucun doute la preuve une fois de plus que le RDPC dans le Septentrion est plus que jamais divisé par l’interpellation et la détention de l’ex MINATD.

Madame Hadja Haoua (photo) a été sortie de la salle par la sécurité après avoir accusé madama Yao Aïssatou d’hypocrite dans l’affaire Marafa H. Yaya
Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé