Politique › Partis politiques

Cameroun : le Rdpc se déchire sur le Grand dialogue national

Des cadres du Rdpc lors d'un meeting du parti. (archives)

Des militants du parti au pouvoir dénoncent l’hyper représentativité des cadres du parti dans les délégations chargées de faire des propositions au Premier ministre.

L’agacement sourde dans les rangs du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) au sujet des délégations des régions qui rencontrent le Premier ministre en prélude au Grand dialogue national au Cameroun.

Pour certains militants, le Rdpc truste de façon exagérée les délégations des régions qui présentent des propositions de sortie de la crise anglophone. « Des voix s’élèvent de plus en plus pour dénoncer cet état de chose », dénonce un militant.

Une note vocale devenue virale donne indique l’agacement d’une partie des militants devant ce que certains qualifie de « Congrès du Rdpc » avant la carte. « Le Rdpc est en train de plomber cette histoire de dialogue. On a l’impression qu’ils ont le réflexe de survie. Comme s’ils paniquent avec cette histoire de dialogue national et ils ont eu peur que si l’on faisait venir des gens d’autres couches beaucoup de choses allaient être mises sur la place publique », peut-on entendre un militant du part de Paul Biya regretter.

« Ils sont partout », s’écrie ce militant qui demande de « voir la polémique que cela est en train de créer dehors. Il devient difficile de défendre une telle hérésie ». « C’est comme si on a convoqué un congrès national du Rdpc. C’est tellement flagrant. Ils ne se demandent si ce qu’on fait est bien ou comment cela sera perçu. Rdpc vous êtes en train de plomber cette histoire. Ce qui va sortir de là sera bâclé. On dira après que c’était une affaire du Rdpc », averti-t-il.

Mais pour Jean Baptiste Atemengue, s’agit d’une « fausse polémique ».  » Le rdpc a plus de 80% des élus de la nation, le dialogue inclusif ne veut pas dire qu’on exclut la majorité Rdpc et que ça devienne la consultation de l’opposition minoritaire dans la société », riposte ce militant. Il ajoute : « Les gouverneurs n’ont pas le monopole dans le choix des membres et à ce que je sais  dans la région du Centre, moi qui n’y étais pas j’ai influencé certaines propositions plus que ceux qui y étaient juste pour le symbole et la photo. Chaque délégation a remis un document et il n’y a avait pas de débat. Ce que les partis politiques ont fait aussi ». Il espère d’ailleurs que « Le Grand dialogue national débouche sur le renforcement de l’autorité de l’État et faire cesser son affaiblissement ».


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé