› Personnalités

Cameroun : le sénateur Dakole Daïssala est mort

Dakole Daïssala est mort ce 09 aout 2022
Dakole Daïssala

Le président national du Mouvement pour la Défense de la République (MDR) a tiré sa révérence ce 09 aout 2022 au Centre hospitalier universitaire de Yaoundé à l’âge de 79 ans.

L’ombre de la mort est tombée au CHU ce matin, la Chambre haute du Parlement camerounais a perdu un membre aux aurores. Le sénateur Dakole Daïssala n’est plus de ce monde. L’homme politique s’en va pour l’éternité. Sa vie terrestre a pris fin alors qu’il achevait son deuxième mandat au Sénat, où il a été depuis 2013 l’un des tout premiers sénateurs au Cameroun. Président du MDR, parti politique de l’opposition qu’il crée en 1991, Dakole Daïssala a servi la République du Cameroun à plusieurs titres.

Avant de siéger à la Chambre  haute du Parlement, l’homme politique a été ministre des Transports de 2004 à 2007, député à l’Assemblée nationale de 1997 à 2002, ministre des Postes et Télécommunications de 1992 à 1997. Des postes ministériels qu’il a obtenus après avoir scellé l’alliance avec le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) en 1992, sauvant le  parti de Paul Biya d’une cohabitation au Parlement.

L’arrivée de Dakole à la tête du ministère des Transports vient couronner son parcours dans le domaine. En effet, de 1975 à 1984, le Toupouri natif de Goundye à Kaele dans l’Extrême-Nord a servi comme directeur général de la Société des transports du Cameroun (Sotuc). Avant d’y parvenir, il était directeur général adjoint de cette société entre 1973 et 1975. De 1970 à 1973, il a servi en qualité de directeur des Transports après son passage au ministère des Finances en tant que directeur adjoint de l’Administration générale. En 1967, l’homme politique devenait le tout premier sous-préfet de Ngaoundéré.

Par ailleurs, Dakole Daïssala a subi les effets du coup d’Etat manqué du 6 avril 1984 contre  le régime de Paul Biya alors nouveau président de la République. Comme plusieurs autres élites du Grand-Nord, Il a été arrêté puis placé derrière les barreaux. Il passera sept ans en prison sans être jugé. Libéré en 1991, il écrit son livre « Libre derrière les barreaux » et crée son parti le MDR. Ainsi démarrait la nouvelle carrière politique de l’homme, celle qu’il mène jusqu’au 08 août 2022, où il expire pour la dernière fois de sa vie remplie sur terre.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé