Société › Société

Cameroun: Le Snthc se désolidarise du mot d’ordre de grève générale

Au cours d’un point de presse donné à Douala lundi, le président du Syndicat national des transporteurs des hydrocarbures a précisé sa position

L’information ventilée depuis plusieurs jours à travers une note de sécurité des nations unies annonçant une grève des transporteurs pour ce 03 Octobre 2011 a été démentie par les faits. Dans cette note on peut clairement lire que dans un courrier adressé au ministère des transport, les principaux syndicats des transporteurs routiers du Cameroun ont lancé un préavis de grève générale sur l’ensemble du territoire national à compter du lundi trois 03 octobre, jusqu’à ce que les revendications soient satisfaites . Une crainte à peine voilée qui a suscité de la part des nations unies un ensemble de recommandations parmi lesquelles garder en permanence les véhicules avec le plein de carburant. Toute chose qui n’a eu aucun impact, car la ville de Douala a vaqué à ses occupations, il faut dire qu’en réalité la spéculation autour de cette question est partie de certains syndicats de transporteurs eux-mêmes qui avaient appelé à la grève générale avant de se dédire suite à une concertation avec le gouvernement.

Le Snthc dit non à la grève
Au cours d’un point de presse donné ce lundi à Douala, le syndicat national des transporteurs d’hydrocarbures du Cameroun (Snthc) a tenu à se dissocier de tout mouvement de grève, Haman Abdoulaye en est le président : une désinformations sur la grève des transporteurs en particulier les transporteurs des hydrocarbures nous oblige à préciser à toute la population camerounaise que le Syndicat national des transporteurs des hydrocarbures du Cameroun n’a déposé à ce jour aucun préavis de grève, par conséquent nous nous désolidarisons de tous les autres syndicats qui auraient déposé un préavis de grève. Nous sommes des professionnels et responsables et nous tenons à préciser que nous barrerons la route à toutes fausses rumeurs et désinformations de nature à compromettre la paix sociale qui a est un facteur indéniable pour le processus de développement. Pour le Snthc chaque structure syndicale a ses préoccupations, ses négociations avec les pouvoirs publics et ses démarches pour obtenir des résultats en cas de revendications. Dans les stations-services le carburant coule à flot, signe que l’activité bat son plein. Crée en 1996 le Snthc regroupe en son sein pas moins de 80 structures exerçant dans le secteur des hydrocarbures soit près de 75% du marché.

Image d’illustration
souvenirsducameroun.com)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé