Politique › Judiciaire

Cameroun: le terminal à conteneurs du Pad de nouveau à Bolloré?

Une vue du Pad (c) Droits réservés

La chambre administrative de la Cour suprême du Cameroun a rejeté hier, 04 novembre, le pourvoi en cassation du Port autonome de Douala (Pad), contre le consortium franco-danois Bolloré-Maerks (APMT).

Bolloré pourrait demeurer l’exploitation du terminal à conteneur du Port autonome de Douala (Pad), au Cameroun. La chambre administrative de la Cour suprême du Cameroun a, rejeté hier le pourvoi en cassation formé par le Pad, au sujet de la mise à «l’écart» du consortium franco-danois Bolloré-Maerks (APMT) de l’exploitation du terminal à conteneurs.

Déjà, dans une correspondance datée du 23 octobre dernier, le président Paul Biya avait, en attendant l’aboutissement des procédures judiciaires pendantes avait demandé au directeur général du Pad de surseoir à la finalisation du contrat avec l’opérateur italo-suisse Terminal Investment Limited (TIL). Société adjudicataire provisoire du terminal à conteneurs du Pad.

En effet, le 16 septembre dernier, Cyrus Ngo’o, directeur général du Pad indiquait que TIL était le nouvel exploitant de cet espace portuaire et annonçait la finalisation des termes du contrat en vue de son entrée en vigueur le 1er janvier 2020.

En rappel, APMT exerçant au Cameroun sous le label de Douala International Terminal (DIT), avait, saisi les tribunaux compétents pour dénoncer son éviction de la phase de pré-sélection pour le recrutement d’un nouvel opérateur dans cette plateforme, où il exerce depuis 2005. En fait, Bolloré ne figurait pas sur la liste des cinq entreprises pré qualifiées pour la gestion de cet espace. Une «injustice» pour la société qui a par ailleurs saisi le président de la République, Paul Biya. En août dernier, le tribunal a pris une ordonnance de suspension de la procédure d’attribution dudit terminal. Décision à laquelle le Pad a fait appel.

Des forces de l’ordre étaient présentes ces derniers jours au Pad. Ceci dans la perspective du départ de l’exploitant DIT (le contrat se termine au 31 décembre 2019). La transformation du lieu en zone de couvre-feu s’expliquait davantage par les relations tendues entre Bolloré et le Pad. La Cour vient peut-être de mettre un terme à cette bataille.



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé