Sport › Football

Cameroun : le torchon brule à nouveau entre Seidou Mbombo Njoya et Pierre Semengue

Seidou Mbombo Njoya (Fécafoot) et le général Pierre Semengue (LFPC)

Nonobstant les sentences du Tas qui demandent la réhabilitation de la Ligue de football professionnel, le président de la Fecafoot a, lors de la réunion du Comité exécutif tenu ce jour, indiqué au général Pierre Semengue que son mandat a échu depuis octobre 2019 et qu’il est atteint par la limite d’âge.

Le match Fécafoot-Ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC) est décidément sans fin ! La réunion du Comité exécutif de la Fécafoot, tenu en son siège ce jeudi 24 septembre 2020, censée entériner la sentence du Tribunal arbitral du sport (Tas) en faveur de la LFPC a plutôt mis de l’huile sur le feu.

Pendant que l’opinion publique camerounais s’attendait à une assisse sereine, au vu de la dernière mise en garde du ministre en charge des Sports, le président de la Fécafoot, a, d’entrée de jeu, contre toute attente, ouvert les hostilités en indiquant au général Pierre Semengue (85 ans) que son mandat est arrivé à son terme depuis le 26 juillet 2019. SeÏdou Mbombo Njoya a ajouté que les nouvelles dispositions statutaires de la LFPC disqualifient Pierre Semengue du fait de la limite d’âge.  En guise de réponse, le président de la ligue, a, quant à lui,  brandi la décision du TAS à ses interlocuteurs.

Dans un pays, où il n’y a pas de limite d’âge pour être président de la République, il est qu’en même curieux que la limite d’âge pour être président de la  LFPC soit fixée à 75 ans. A titre de rappel, la Fifa considère la limite de l’âge à tout poste électif comme étant discriminatoire.

Pour mieux comprendre l’attitude du président de la Fécafoot affichée ce jour,  le journaliste Thierry Ndoh explique  : «  Qu’Il s’agit d’un acte que la presse et les réseaux sociaux ont pressenti tout au long de cette semaine, au regard des connivences nocturnes de ces dernières heures entre les responsables de l’actuel exécutif de la Fécafoot et certains irréductibles présidents de clubs réunis sous la bannière du Sycec, qui depuis le 14 septembre dernier, n’ont jamais digéré la pilule amère du TAS, et donc ont décidé de contourner, ou à défaut de saboter la sentence réhabilitant le conseil d’administration de la LFPC dans ses droits à partir du 18 octobre 2019 »

Suspension du Cameroun

Pour ce journaliste de sport : « La manœuvre presque désespérée du président de la Fécafoot, eu égard au caractère irréversible de l’application de ladite décision, et à la suite de la sortie du Minsep le 17 septembre dernier, s’apparente à un dernier coup de poker, pour essayer de sauver les meubles… Car, comment comprendre qu’un mandat suspendu par une décision illégale, puis réhabilité par une décision du TAS a du mal à être digéré par la Fécafoot qui va à l’encontre des dispositions statutaires de la FIFA qui interdit l’immixtion et l’ingérence d’une association à l’égard de ses membres ».

Ce match Fécafoot-LFPC joue les interminables prolongations alors que lors d’une réunion tripartite,  tenue les 14 et 15 septembre dernier, le ministre Narcisse Mouelle Kombi, a, dans un ton conciliateur, sifflé la fin de la récréation : « Je voudrai recommander aux deux parties de s’investir pleinement pour un retour à la normale dans la légalité et sans manœuvre dilatoire au juridisme excessif et contreproductif. Il s’agit par conséquent de faciliter l’application immédiate et sans condition, des sentences prononcées par le Tas les 14 et 15 septembre 2020. L’image du Cameroun, État de droit, s’en trouverait davantage grandie, tout comme le football camerounais qui, hélas, reste plongée, depuis plus d’une décennie dans des crises regrettables ».

En décidant d’entamer un énième bras de fer avec la LFPC, le Comité exécutif de la Fécafoot mesure-t-il toutes les conséquences ? A la veille d’accueillir le Chan et plus tard la Can, comment un comité exécutif peut délibérément décider d’escamoter une sentence de la plus haute juridiction sportive au monde?  Ont-ils pensé un seul instant que leur entêtement peut amener la Fifa, en cas de saisie de la LFPC, conduire à la suspension du Cameroun ? Match à suivre.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé