Culture › Livres

Cameroun : l’écrivaine Thérèse Ndzié répand le parfum d’amour

C’est la toile de fond de l’ouvrage, « Les fables de secorra » qui vient de paraître. L’auteure trempe sa plume dans l’encre de douceur pour bercer ses lecteurs avec des contes, comme à l’époque de grand-mère, autour du feu de bois.

« Si je tourne autour de toi, c’est pour te prendre avec moi, mon chéri. C’est pour t’attirer vers moi. C’est pour te dire mon amour et te faire ressentir le tourbillon qui m’a saisie. C’est pour t’avaler afin qu’on ne soit plus qu’une seule chair. Je veux faire corps avec toi (…) Sans plus attendre, prends-moi, chérie, dans ton tourbillon et consomme-moi sans modération, ». Il s’agit d’un extrait du dialogue relaté dans le livre, « Les fables de Secorra ».

Cette causerie de couple, puis-qu-il s’agit d’un échange entre Sol et Stella, témoigne de la plus-value que l’ouvrage souhaite apporter à son lectorat.

L’auteure place l’amour au centre de tout, question de démystifier plusieurs aspects. Mais également, proposer l’amour comme une solution. Thérèse Ndzié Obam Bikoue par la caresse de ses écrits présente l’amour comme un outil d’élévation, de pureté tout en plongeant le public dans la genèse de la création.

Et plusieurs figures sont ainsi utilisées, question d’évoquer l’amour divin, l’amour entre les Hommes et les animaux ou encore des plantes.

20 fables étalées sur 129 pages inspirées de notre quotidien, des histoires des peuples de la forêt et même de la Bible qui amènent le lecteur à se débarrasser des vieux clichés tout en restant attaché à Dieu, à la piété et à son compagnon.

Certaines idées selon lesquelles, il revient toujours aux hommes de  faire le premier pas en amour, sont remises en question. Dans une de ses fables parlant du mariage, il est dit, « c’est la terre qui déclare sa flamme au soleil en tournant autour de lui. Et plus tard, celui-ci la féconde et elle tombe enceinte. S’il te plait chéri, essaie d’observer le monde animal (…) c’est la femelle en chaleur qui va vers le mâle. Pourquoi les êtres humains ne le feront-ils pas ? » Et à l’auteure de conclure, ‘femmes, sœurs, épouses, allons à l’attaque. N’ayons plus honte d’aimer, d’avouer nos sentiments à nos partenaires. Car, les cellules du corps de l’homme sont les mêmes que celles du corps de la femme.’

Les fables de Secorra

Thérèse Ndzié Obama Bikoué

Au-delà des histoires à l’eau de rose, c’est un recueil plein de morale. Il apporte un réarmement moral qui peut influencer le comportement ou simplement les relations de couple. Thérèse Ndzie nous convie par exemple à la rencontre de Dorine. Une poule fidèle à son époux qui n’a d’yeux que pour lui, Cana.
Tellement elle l’aime et s’est également réciproque, qu’elle le laisse souvent aller voir ailleurs. Mais Cana étonné que sa femme tolère ses gestes d’infidélité, décide de revoir ses positions. Surtout, d’honorer sa compagne en organisant une fête pour la célébrer et reconnaître sa valeur en tant qu’épouse. L’auteure veut par cette histoire inviter également les époux à savoir honorer leur compagne de leur vivant, question de faire respecter celle-ci surtout par la famille de l’homme. Mais en amont, il est question pour la femme de témoigner tout son amour à l’endroit de son mari.

Le recueil de fables est produit par la maison d’édition ifrikiya et vendu à 5.000F.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé