› Communication

Cameroun : les 11 décisions du Conseil national de la communication

11 décisions du CNC du 28 juillet 2022
Joseph Chebongkeng Kalabubse, président du CNC

A l’occasion de sa 31è session extraordinaire du 28 juillet 2022, l’instance en charge de la régulation du secteur de la communication sociale a rendu 11 décisions portant sur les 17 plaintes reçues.

Il y avait du pain sur la planche au Conseil national de la communication (Cnc) ce jeudi 28 juillet 2022. L’instance que dirige Joseph Chebongkeng Kalabubse a tenu sa 31è session extraordinaire. Au cours des travaux, les membres du conseil ont statué sur 17 plaintes. 11 décisions ont été rendues dont 02 non-lieux, un avertissement et 8 suspensions individuelles ou collectives.

Le programme « Tour d’horizon » cité

En effet, le Conseil suspend les journalistes Bruno Bidjang et Mathieu Berthand Seme Ekong et Thaddé Owona de l’exercice de la profession de journaliste pour une durée d’un mois. Ils sont reconnus coupables de manquement à l’exigence professionnelle d’investigation et d’équilibre dans le traitement de l’information. La sanction est liée à l’affaire opposant les concernés à Richard Olivier Mangan. Ce dernier a saisi le Conseil contre « Vision 4 » pour des propos offensants tenu contre lui au cours de l’émission « Tour d’horizon » du 17 mai 2022.

Emeline Mvogo fait tomber des têtes

Dans l’affaire Mvogo Emeline, chef de centre des impôts du Centre I contre la chaîne « Vision 4 », le journaliste Bienvenue Christophe Bia NNama écope d’une suspension de deux mois. Le Conseil a jugé un reportage de ce dernier d’un style prétendument satirique, contenant des propos insinuant, offensant, injurieux et dévalorisant à l’encontre de Emeline Mvogo. Ledit reportage a été diffusé au cours de l’émission « Tour d’horizon » des 16 et 17 mai 2022.

Emeline Mvogo a aussi saisi le Conseil contre l’organe de presse écrite « L’information », son directeur de publication et son journaliste Vanessa Inelle Kengne. La plaignante les a accusés d’avoir publié dans le N°044 de propos prétendument non fondés de nature à porter atteinte à son image. Le directeur de publication est suspendu de l’exercice de la profession et de sa fonction pour  une durée d’un mois pour défaut d’encadrement de son personnel. La journaliste quant à elle est suspendue de l’exercice de la profession au Cameroun pour insuffisance professionnelle.

Sept journaux trébuchent face à Maurice Kamto

Le Cnc a suspendu les directeurs de publication des organes de presse dénommés « L’expression », « La République », « L’élite », « Le PELICAN », « PERSPECTIVES d’Afrique », « Le Quotidien », « Le National » de l’exercice de leurs fonctions et de la profession pour une durée d’un mois. Ils ont manqué aux exigences professionnelles d’investigation et d’équilibre de l’information. Maurice Kamto a accusé lesdits organes d’avoir présenté le Mrc comme conspirateur visant à déstabiliser le Cameroun.

Un député met les DP en difficulté

Dans une autre affaire les opposant au député Gabriel Nkoah Songo, les directeurs de publication des journaux « Le National » et « L’expression » écopent encore d’une suspension de l’exercice de leur fonction et de la profession pour une durée de deux moi. « Le National » et « L’expression » quant à eux sont suspendus pour un mois.

Par ailleurs, le journaliste Sismondi Barlev Bidjocka écope d’une suspension de sa fonction de directeur de publication de « Ris radio » et de l’exercice de la profession de journaliste pour une durée de trois mois. Il lui est reproché la diffusion de propos se rapportant à une scène obscène.

Dans une affaire l’opposant à Martnez Zogo, chef de chaîne de la radio « Amplitude FM », le journaliste Saint Clément Olama Omgba écope d’une suspension d’un mois, pour propos offensants et dégradants à l’encontre du plaignant.

Le journaliste Saint Clément Olama Omgba a reçu un avertissement dans l’affaire l’opposant à Mbombog Mbog Matip Emmanuel.

Le Conseil a prononcé deux non-lieux. Un dans l’affaire Ahmadou Sardouna, directeur de la Société immobilière du Cameroun contre « Direct info) et son directeur de publication. L’autre dans l’affaire Deffosokeng Jean Collins contre Royal FM et le journaliste René Francis Ngogang.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé