Dossiers › Focus

Cameroun: les artistes s’expriment à propos de la Socam

Revendicatifs et attentifs des évolutions de leur nouvelle société de droits d’auteur

En temps que chef, il est parfois important de taper du poing sur la table
Il est tôt de porter des jugements sur la SOCAM. Je trouve que Odile Ngaska, la présidente du conseil d’administration fait des efforts, et elle montre qu’elle a la volonté de faire bouger les choses. Les personnes qui l’entourent doivent faire preuve d’engouement. Laissons-lui le temps de finir les chantiers qu’elle a entamés. Certains artistes passent à la caisse depuis et perçoivent de l’argent en fonction de leur production. C’est déjà quelque chose. je n’en ai pas bénéficié, parce que je ne me suis pas encore fait enregistrer. Je suis non seulement peintre, mais aussi styliste, donc je devrais aussi avoir droit au droit voisin. Mais cela ne sera possible que quand je serai enregistré. Elle a aussi exclu certains artistes de la SOCAM pour un temps précis. Je pense que c’est une exclusion disciplinaire qu’on doit saluer à sa juste valeur. Mais si l’exclusion est définitive, c’est là qu’il y a problème. En tant que chef, il est parfois important de taper du poing sur la table.


journalducameroun.com)/n

Il nous faut un restaurant où les artistes peuvent se retrouver pour grignoter
Il faut comprendre qu’elle fait avec les éléments qu’elle a et c’est difficile de dire si oui ou non elle gère bien la structure. La SOCAM est à l’image du pays, de la gestion de la plus petite entreprise comme un box de cigarette. Tout dépend du matériel qu’on dispose, des hommes avec qui on travaille et des ressources financières. C’est vrai qu’il y a une partie de soi qu’on met à travers le choix de ses collaborateurs. Le directeur général de la SOCAM fait ce qu’elle fait. Je ne crois pas qu’il est opportun d’attendre qu’elle réalise des bénéfices, si les artistes ne se mettent pas à l’ uvre. Le problème n’est pas la gestion de la SOCAM, mais c’est l’artiste lui-même. Il doit savoir ce qu’il veut. Nous avons des artistes qui font la musique juste pour passer à la télévision. Les artistes ne produisent pas. A la fin de son mandat, elle pourra être évaluée, en fonction de ce qu’elle aura prouvé. Néanmoins, si elle peut nous construire un restaurant où les artistes peuvent se retrouver et grignoter, ce serait une bonne chose.


journalducameroun.com)/n

elle doit penser à nous autre qui travaillons au quotidien
Elle travaille bien, elle est déterminée et pleine de volonté. Il est tôt pour qu’on tire sur elle à boulets rouges. La seule doléance que je peux lui transmettre c’est de penser à nous autres qui travaillons au quotidien, pour offrir au public camerounais des produits de bonne et de grande qualité. Des moyens d’accompagnement doivent être mis sur pied pour faciliter l’accès et la production de nos discographies. Le financement doit impérativement suivre.


journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut