Société › Société

Cameroun: Les associations villageoises africaines contre la pauvreté

Elles ont constitué un réseau dont le but est de redorer l’image du paysan.

Les agriculteurs Africains font face à diverses formes de difficultés dans l’exercice de leurs activités. C’est pour trouver une thérapie à tous ces maux qui minent le secteur que les associations paysannes du continent africain se sont donnés rendez vous à Yaoundé. Le but majeur de cette rencontre de la Capitale Camerounaise était sans conteste de s’unir pour constituer une force mettre en harmonie des stratégies en vue de sortir de la pauvreté et du Sous -développement .Il s’agit de former et d’informer les paysans africains afin qu’ils soient mieux outillés pour défendre ses intérêts là où ceux-ci sont menacés. Dans certaines régions du Continent Africains les paysans sont toujours ignorés dans le processus de prise de décision, il est donc aujourd’hui un impératif de voir les paysans se positionner comme de véritables acteurs du monde rural.

La rencontre de Yaoundé avait également pour but de mettre en uvre des stratégies qui puissent répondre aux attentes non seulement des populations paysannes, mais aussi celles des pouvoirs publics et des bailleurs de fonds, à l’instar du Fonds Monétaire International(FMI) et la Banque Mondiale. Cinq regroupements sous régionaux se sont retrouvés à Yaoundé : Il s’agit du Réseau d’Organisations paysannes et producteurs d’Afrique de l’Ouest(ROPPA), Estern Africa Farmers Federation(EAFF), la South Africa Confédération of Agriculture Unions(SACAU), l’Union des Organisations du Maghreb pour l’Agriculture(UMAGRI) et la Plate forme Sous -régionales des Organisations paysannes d’Afrique Centrale(PROPAC).

Selon le Secrétaire général du ministère de l’Agriculture et du développement rural, Jean Claude Eko’o Akouafane avec la crise alimentaire qui a secoué plusieurs régions du continent, il était nécessaire de mettre sur pied de manière consensuelle des stratégies pouvant permettre une augmentation de la production afin de sortir les populations de la dépendance alimentaire. C’est par une conférence de presse que s’est achevée cette rencontre au cours de laquelle les hommes de médias ont été édifiés sur les projets et ambitions de ces organisations paysannes. En effet, il s’agit de faire de l’agriculture un métier à part entière capable de donner à l’être humain toute sa valeur et sa grandeur. Il s’agira aussi de faciliter l’accès aux capitaux aux paysans.

Pour Elisabeth Atangana, les leaders des associations paysannes en concertation à Yaoundé ont des ambitions énormes qui illustrent à suffisance, le v u de voir les ouvriers du monde rural, passer d’éternels assistés aux acteurs véritables. Ce regroupement est un véritable exemple de solidarité entre les africains. C’est une autre forme de coopération Sud-Sud qui montre que les africains peuvent contribuer eux-mêmes au développement de leurs pays, leur régions, bref de leur continent. Il faudra que les gouvernements auxquels appartiennent ces associations mettent en uvre des politiques capables de favoriser le développement efficient du monde rural. Dans la plupart des pays Africains, le secteur rural joue un rôle non négligeable dans les économies. Le soutien de tous ces paysans devrait également passer par la construction des routes , l’accès aux soins de santé, et à une information citoyenne.les futures acteurs du développement en ont véritablement besoin.


stages.alternatives.ca)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut