Politique › Judiciaire

Cameroun : les avocats d’Amougou Belinga s’opposent à l’enterrement de Martinez Zogo

Les avocats d’Amougou Belinga refusent de Martinez Zogo soit enterré
L’affaire suit son cours devant la justice militaire

La défense de l’homme d’affaires inculpé dans le cadre de l’assassinat de l’homme de médias soutient que cette inhumation pourrait cacher la vérité.

Dans une correspondance, les avocats d’Amougou Belinga s’adressent au juge d’instruction près le Tribunal militaire de Yaoundé. La défense de l’homme d’affaires inculpé pour « complicité de torture par aide », n’entend pas accepter que le corps sans vie de Martinez Zogo, retrouvé à Ebogo III par Soa le 22 janvier dernier, soit inhumé maintenant. Selon eux, une telle action pourrait occulter la vérité tant recherchée et attendue au sujet de l’enlèvement et de la mort d’Arsène Mbani Zogo.

A cet effet, « eu égard aux informations distillées dans la presse selon lesquelles le défunt animateur de radio monsieur Martinez Zogo aurait été supplicié dans le sous-sol de l’immeuble Ekang appartenant à notre client, et qu’il l’y aurait asséné des coups de pieds et des barres de fer après un entretien surréalistes avec le ministre d’Etat  ministre de la Justice Garde des sceaux, la perspective de l’enterrement de la victime nous  parait aller à l’encontre de la vérité », écrit la défense qui sollicite du destinataire, les actions pour préserver les preuves.

« Nous sollicitons très respectueusement qu’il vous plaise de bien vouloir prendre des actes qui concourraient à la vérification de ces faits afin de préserver les preuves que l’inhumation de la victime pourrait occulter », insistent-ils. Par ailleurs, les avocats demandent au juge « d’ordonner à monsieur  le greffier en chef de nous faire tenir  une copie exhaustive du dossier de l’enquête préliminaire pour préserver les droits de notre client et ceux de la défense », requièrent-ils dans le document.

Cette correspondance est écrite quelque temps après qu’un programme des obsèques de Martinez Zogo a circulé sur la toile. Ce programme aurait été consécutif à une demande de la levée des scellés sur le corps, adressée au juge d’instruction par Arsène Junior Zogo, présenté comme fils du défunt, le 20 mars dernier. De sources médiatiques, le jeune aurait été encouragé par les proches d’Amougou Belinga. Or, voici que quelques jours après, les avocats de la même personnalité s’opposent à l’inhumation en mettant en avant l’argument de la vérification de certains faits en vue de la préservation des preuves.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top