Société › Faits divers

Cameroun: Les commerçants épargnés par les casses du marché Mokolo à Yaoundé sont inquiets!

Les commerçants délogés quant à eux doivent rejoindre l’esplanade de la foire de Tsinga

Marché Mokolo au lieu dit sapeur. La voie est dégagée et le marché paraît plus propre, même si quelques détritus de pierre et de bois trainent à certains endroits. Les badauds qui s’étaient installés le long de la route ne sont presque plus là. Ils restent cependant quelques uns qui rodent encore marchandises en mains devant l’entrée du marché des vêtements. La police a installé un barrage sur le flan droit de la chaussée entre le lieu dit sapeur et le supermarché Niki mokolo. Pour des raisons de sécurité, aucun véhicule n’emprunte cette voie. Deux policiers vêtus de tenue camouflée montent la garde devant la barrière tandis que quelques uns font la ronde dans le marché.

Tout parait calme pourtant le spectre des démolitions est encore dans les esprits. En effet, le 23 Septembre dernier dans un communiqué diffusé la veille au journal télévisé de 20 heures, la communauté urbaine annonçait des démolitions au marché Mokolo. Selon certaines sources dans le marché, des hommes de la communauté urbaine étaient également passés près de trois semaines auparavant pour prévenir les commerçants.

Le trottoir jadis occupé est dégagé et nettoyé
Journalducameroun.com)/n

C’est ainsi que comme le raconte Isaac Lambo, un revendeur du marché, les agents de la communauté urbaine accompagnés de la police et de quelques gendarmes sont arrivés vers 10 h, pour démolir tous les comptoirs en bois qui jonchaient la route de Sapeur à Madagascar. Les marchandises de certains revendeurs ont été saisies. L’Afrique du sud, la branche du marché qui est située en face du commissariat du IIe arrondissement et qui abritait les fournisseurs, a également été détruite. Comme nos fournisseurs ne sont plus là nous ne savons pas ce que nous allons faire une fois ces stocks de marchandises écoulés! s’exclame-t il en montrant du doigt sa marchandises. Une rumeur de démolition de la totalité du marché court, nous avons peur et le pire c’est que nous ne savons pas si c’est vrai! Si c’est le cas où vont-ils nous transférer? S’ils ne nous relogent pas c’est qu’ils nous envoient voler! S’insurge Marie une de ses voisines.

Moins d’insécurité
Gilbert Clalok un autre revendeur est quant à lui heureux: Ça me fait plaisir qu’on ait cassé comme ça affirme-t-il. Avant, les vendeurs qui étaient sur la chaussée créaient les embouteillages, les spécialistes du vol à la tire uvraient facilement ce qui donnait une mauvaise image de nous. La communauté urbaine ne viendra pas à l’intérieur du marché poursuit Gilbert Clalok. Je le sais par un de mes frères qui travaille dans ces services. Ils comptent plutôt construire des aires de stationnements pour les clients aux endroits détruits.

En attendant de plus amples informations, le communiqué du délégué du gouvernement daté du 15 Septembre 2009 invite les commerçants délogés à regagner l’esplanade de la foire de Tsinga où sont déjà installés les commerçants déplacés du marché central et du marché de Mvog-bi.

Les fréquentations continuent malgré tout!
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut