Culture › Livres

Cameroun: Les déclarations fracassantes de Jean L. Nang pendant la dédicace

Voici d’autres déclarations fracassantes lors de la dédicace de son livre « Desperate football house: six mois dans l’enfer de la Fécafoot », à Douala le 17 juillet 2009.

-Pas besoin de mettre longtemps pour comprendre ce qui ne va pas à la Fécafoot.

-Un Directeur Général n’est pas un pantin

-Le principal problème à la Fécafoot, c’est la gestion de l’argent

-Je suis tombé dans un monde où à 6 mois de l’assemblée générale, les gens viennent taper à la porte pour réclamer déjà leurs perdiems

-Mon séjour ne pouvait pas durer plus longtemps là bas

-Je ne pouvais pas plaire

-La Fécafoot, c’est la kakafoot

-Je suis un patriote, un nationaliste

-J’ai écris, j’assume tout ce qui est écrit dans le livre

-J’ai fais comme le canard enchaîné, j’ai mis un peu, si ça se gâte, j’ajoute

-Pendant mes six mois, mes plus grands profanateurs, ont été mes confrères

-On m’a tué et enterré pendant six mois à la Fécafoot. On est entrain de m’enterrer, mais cette fois, je n’entrerais pas dans cette tombe

-Si nous sommes dans un Etat de droit, j’attends que mon livre ait une suite judiciaire. Qu’on interpelle les gens qui sont cités dans le livre

-Je n’ai pas écris ce livre par ce que j’ai besoin d’argent

-On sauve un pays en dénonçant, pas en sauvant des vampires

-Ce livre met en lumière les raisons du déficit en organisation du Cameroun à l’approche des grands évènements sportifs

-Les révélations que j’apporte, la Fifa les connaît. Mais dans le jeu, la Fifa prête l’oreille à ses mandants plutôt qu’aux Etats

-Je donne mon témoignage avec des preuves, je cite des noms. Si quelqu’un ne se reconnaît pas, qu’il fasse sa part

-Il y a des personnes qui ont combattu la Fécafoot et qui acceptent d’y intégrer, là, c’est encore plus grave

-Je n’accepterais plus d’être DG de la Fécafoot en l’état actuel des choses

-Jamais je n’ai été aussi malheureux qu’à la Fécafoot

-Je suis allé à la Fécafoot pour gérer l’organisation administrative et financière, mais là bas, ils n’écrivent rien

-J’ai signé un contrat de deux ans. Pensé qu’en 2 ans, on pouvait changer les mentalités ancrées depuis 30 ans, est ce peut-être là ma naïveté !

-J’entrais dans mon bureau tous les matins avec la peur au ventre

-Je ne suis pas allé à la Fécafoot pour faire tout, tout seul. J’étais là pour exécuter les décisions de l’assemblée générale, rien de sorcier.

-J’avais les administrateurs à dos et je n’avais plus le soutien de mon président

-Une partie des fonds de la Fécafoot est domiciliée à la Sodécoton à Yaoundé, alors qu’il y a des banques

-Lorsque les lions indomptables participent à la coupe des confédérations en 2003, tous les fonds sont distraits.

-Le président se sert des personnes (.) sans y mettre la main lui-même.

Jean Lambert Nang

Journalducameroun.com)/n

À LA UNE
Retour en haut