Politique




Cameroun : les députés juniors à l’école du travail parlementaire

Une rencontre d’échanges a lieu ce vendredi 10 juin 2022 entre les jeunes parlementaires, les députés de la nation et…

Cérémonie d’ouverture des travaux, Hotel Safari

Une rencontre d’échanges a lieu ce vendredi 10 juin 2022 entre les jeunes parlementaires, les députés de la nation et les magistrats municipaux à Yaoundé.

En prélude à la célébration de la 32è édition de la journée de l’enfant africain le 16 juin 2022, la délégation régionale des Affaires sociales pour le Centre organise une série d’activités.  La rencontre entre les députés seniors, les députés juniors et les magistrats municipaux ce vendredi 10 juin 2022 marque le troisième arrêt de cette série.

Ces activités s’inscrivent dans la thématique arrêtée pour cette commémoration imminente, à savoir « Élimination des pratiques néfastes affectant les enfants : progrès pour les politiques et pratiques depuis 2013 ».

En effet, de l’avis des autorités et institutions, l’enfant africain en général et camerounais en particulier reste vulnérable. Malgré les dispositifs juridiques et institutionnels mis en place pour protéger les enfants, ceux-ci sont encore victimes de violences.

Des crimes rituels, les discriminations et abus sur des enfants albinos à cause des pouvoirs mystiques supposés être contenus dans leurs cheveux, peau ou membres, les circoncisions traditionnelles scarifications et mutilations cosmétiques en sont quelques exemples. Et dans la plupart des cas, ces jeunes n’ont pas la possibilité de se faire entendre.

A cela s’ajoutent les violences et déviances vécues au sein des établissements scolaires. Il s’agit entre autres de « la tricherie, le viol, le vol, la consommation de la drogue et des stupéfiants, le mépris et l’insubordination des apprenants », rappelle l’adjointe au maire de Yaoundé 3.

Députés juniors et maires

Conscient de ce fait, la délégation régionale des affaires sociales pour le Centre organise une rencontre ayant pour maître mot « laissez parler les enfants ». Ce partage d’expérience vise à « susciter l’engagement des enfants, familles, parlementaires, maires, leaders communautaires, traditionnels et religieux, à mener des actions synergiques garantissant la protection des enfants contre les pratiques sociales néfastes affectant les enfants », a expliqué la déléguée régionale.

Rachel Sylvie Edimo Mbappe a saisi l’occasion pour clarifier l’objet de la rencontre. Selon elle, « Il était question pour nous que ces députés juniors se rapprochent des députés seniors pour savoir exactement qu’est-ce qu’un député, que fait le député, comment on fait pour être député, comment le député rend compte à sa population qui l’a élu, que fait le député pour les enfants et pour l’enfant handicapé. »

L’échange avec les magistrats municipaux permettra aux députés juniors de savoir ce que ces maires font en faveur de l’inclusion sociale, notamment l’éducation inclusive, dans le cadre de la décentralisation. Un expert du ministère de la décentralisation et du Développement local donnera un exposé à ce sujet.

Les députés jeunes partagent l’expérience avec les députés séniors

Cette rencontre d’échange se tient à quelques jours de l’ouverture de la session parlementaire junior. Dans cette perspective, le représentant du gouverneur du Centre a rappelé les missions des députés juniors. « Véhiculer les valeurs positives pendant les sessions et devenir des pères éducateurs pour les autres enfants après la session, ceci à travers leur implication dans la lutte contre les fléaux sociaux le VIH/SIDA et autres pandémie, la promotion de la paix et le vivre ensemble, la promotion du dialogue et du développement, le sens de l’organisation, la méthode, la discipline ».

En ouvrant les travaux, Emmanuel Djawa, a donné les recommandations aux jeunes parlementaires. « Honorables députés juniors, je vous exhorte à prêter toute l’attention nécessaire aux informations qui vous seront données pour que vous soyez dès cet instant les partenaires éclairés de l’Etat dans la lutte contre les inégalités sociales, et pour l’entrée du Cameroun dans le concert des grandes nations », a déclaré représentant du gouverneur.