Politique › Institutionnel

Cameroun: Les deux chambres du parlement convoquées ce jeudi

Le bicaméralisme se concrétise ce 20 juin par la session ordinaire des deux chambres à l’hémicycle de Ngoa-Ekelle

La session ordinaire de la chambre haute, le Sénat et l’Assemblée nationale ou la chambre basse s’ouvre ce jeudi 20 juin 2013 au palais des verres de Ngoa-Ekelle siège de l’Assemblée nationale. Ce sera l’ouverture des séances plénières des deux chambres qui constituent désormais le parlement camerounais. Selon le programme de cette journée, le quotidien national précise que ce sera à 11 heures que le Sénat ouvrira le bal avec une cérémonie consacrée à la vérification du quorum et discours de circonstance du président. Et en après-midi, plus précisément à 16 heures de la même journée du jeudi 20 juin, place sera donnée à l’Assemblée nationale, qui est une habituée des lieux. En attendant que la chambre haute se dote d’une administration et d’un siège comme le prévoit la loi, ce sera le personnel du secrétariat général de la chambre basse qui diligentera les travaux.

Toujours selon le quotidien national, chacune des deux chambres se consacrera essentiellement aux discussions sur les projets de textes de loi et au contrôle de l’action gouvernementale via les séances de questions orales. Mais le processus sera le suivant, tous les textes initiés seront reçus seulement par le bureau de l’Assemblée nationale qui les transmettra à la conférence des présidents (composés des membres du bureau, présidents des groupes parlementaires et présidents de commissions) qui les communique à son tour en séance plénière (s’ils sont jugés recevables). Après cette étape, les textes sont dirigés vers les commissions compétentes pour un examen minutieux avant de retourner en plénière pour les derniers débats et adoption. Ce n’est qu’après cette adoption que le Sénat entre scène. Le bureau de l’Assemblée nationale transmet seulement pour relecture, le texte adopté au bureau du Sénat. Lequel texte suit la même trajectoire qu’au niveau de la chambre basse et retourne à l’Assemblée nationale qui le transmet enfin au président de la République pour promulgation. Si jamais, la chambre basse trouvait à redire sur le texte relu par le Sénat, le conseil constitutionnel interviendrait en arbitre.

L’Assemblée nationale camerounaise
celebregion.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut