Politique › Judiciaire

Cameroun: les leaders «ambazoniens» seront-ils renvoyés au Nigeria ?

Julius Ayuk Tabe et six autres leaders sécessionnistes comparaissent au Tribunal militaire de Yaoundé ce jeudi.

L’audience consacrée à l’examen des preuves qui attestent de leur statut de réfugiés et d’étrangers. C’est que depuis l’ouverture du procès le 6 décembre dernier, ils n’ont eu de cesse de revendiquer leur nationalité «ambazonienne». Ils ont par ailleurs affirmé détenir le statut de réfugiés. Laquelle condition leur aurait été accordée en tant que ressortissant de «l’Ambazonie», un territoire imaginaire du Sud-Ouest et du Nord-Ouest du Cameroun dont l’autonomie n’a pas encore été reconnue.

Le juge a demandé à voir les preuves qui permettront de confirmer cette déclaration. Ce, d’autant plus que si cela s’avérait vrai, les membres du premier gouvernement de l’Etat fictif d’Ambazonie pourrait être renvoyés vers la justice du Nigeria où ils avaient été interpellés en janvier 2018. Leurs avocats ont plaidé à cet effet le 10 décembre dernier. Ils demandaient au Tribunal militaire de se déclarer incompétent pour juger des affaires liées à la nationalité et également de tenir compte du statut de réfugiés des inculpés pour les renvoyer vers le Nigeria.

La Cour devra également connaître les preuves du ministère public qui conteste la requête des avocats de la défense. Selon le commissaire du gouvernement, Engono Thadée, les mis en cause n’ont jamais fourni le moindre document officiel mentionnant une nationalité étrangère. D’ailleurs les documents présentés au moment de leur identification faisaient état de leur appartenance au Cameroun dont la plupart sont des fonctionnaires. Il devrait présenter des documents d’Etat-civil et d’autres natures devant la Cour ce jour.

-Jeu trouble du Hcr?-

Des soupçons de jeu trouble pèsent sur le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (Hcr) depuis que les leaders anglophones ont indiqué avoir été identifiés par cet organisme onusien comme des «ambazoniens». Contactés sur ce sujet par Journalducameroun.com, l’organe se défend d’une telle action. Aucune preuve formelle n’a cependant été fournie pour attester de cela. Les débats de ce jour permettront donc d’apporter des clarifications sur une éventuelle implication du Hcr en faveur des sécessionnistes.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut