Société › Société

Cameroun: Les magistrats municipaux du septentrion en conclave

Cet atelier était destiné à former et à sensibiliser les participants sur le concours du meilleur prix national Feicom des meilleures pratiques communales du développement local

Si les magistrats municipaux et les personnels communaux des trois régions septentrionales se sont retrouvés à l’atelier ouvert ce mardi 31 mai 2011, c’est parce qu’ils sont tous sur la ligne de départ du meilleur prix national Feicom des meilleures pratiques communales de développement local. Lancé officiellement le 2 mars dernier à Yaoundé par le ministre d’état, ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation, Marafat Hamidou Yaya, cette compétition à en croire le Directeur général du Fonds d’Equipement et d’Intervention Intercommunal (Feicom), vise à identifier et à analyser les pratiques communales novatrices ou ayant contribué de manière remarquable et durable à l’amélioration du cadre de vie des populations ; récompenser les meilleures réalisations parmi celles proposées, promouvoir et vulgariser les réalisations récompensées ; suivre et évaluer l’efficacité des pratiques retenues. Pendant les deux jours qu’ont duré les travaux, les experts du Fonds d’Equipement et d’Intervention Intercommunal (Feicom) et ceux du Ministère de l’administration territoriale et de la décentralisation (MINATD) ont répondu aux questions des participants concernant les modalités de participation au concours.

Après la cérémonie d’ouverture présidée par le gouverneur de la région de l’Adamaoua, Enow Abrams Egbe, la première journée des travaux a été ponctuée par la présentation des expériences existantes et leurs impacts sur le développement local tel que vécu à Dubaï et des généralités sur l’approche des nouvelles pratiques. Les magistrats municipaux ont également eu droit à un exercice d’identification des bonnes pratiques. Après deux jours de conclave, le moins que l’on puisse dire c’est que les magistrats municipaux du septentrion sont mieux outillés pour affronter ce concours. La sensibilisation et la formation sur le montage des dossiers n’est plus un secret pour eux. Au sortir de l’atelier de Ngaoundéré, les mairies de Kaikai et de Maroua 1er dans l’Extrême-Nord disent avoir beaucoup appris et comptent le prouver. Nous avons un projet sur l’amélioration des revenus des producteurs de riz], a déclaré le maire de la commune de Kaikai. La commune de Maroua 1er compte entrer dans la comptétion dans le domaine de la coopération décentralisée proclame son homologue de l’arrondissement de Maroua 1er. Les enjeux sont donc colossaux pour les magistrats des municipalités du Nord, de l’Extrême-Nord et de l’Adamaoua. Aux côtés des sept autres régions, elles devront se classer parmi les trois meilleures pour pouvoir remporter l’un des trois prix mis en compétition. Le vainqueur du meilleur prix national Feicom des meilleures pratiques communales du développement local empochera la somme de 50 millions de francs CFA, tandis que ses poursuivants immédiats percevront respectivement, 20 et 10 millions de francs CFA. De quoi faire pâlir d’envie les maires du Cameroun qui devraient résolument se mettre au travail.


Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé