› Personnalités

Cameroun : les premiers mots de Maurice Kamto à son retour d’Addis Abeba

Le président du MRC a été accueilli à sa descente d’avion à l’aéroport international de Douala par les milliers de partisans. Il s’est immédiatement dirigé au siège de son parti politique pour prononcer un discours de circonstance.

« Je suis profondément touché par l’accueil que vous m’avez réservé dés ma descente d’avion. Je suis extrêmement touché. » Tels sont les premiers mots du professeur Maurice Kamto devant des milliers de partisans venus attendre à l’extérieur du siège du Mouvement camerounais pour la renaissance (MRC ) à Douala.

« Je ne suis pas venu vous donner le résultat de mon déplacement à Addis Abeba, car ce n’est pas le moment. Je suis venu apporter ma compassion à tous les camarades qui ont subi les violences à causes de notre combat. Je puis vous rassurer, je n’abandonnerais jamais !  » a expliqué le deuxième des dernières élections présidentielles devant une foule surexcitée.

Maurice Kamto a ensuite attiré l’attention de ses partisans sur les intentions de tribalisme qu’on prête dans les réseaux sociaux au MRC : « ne répondez pas aux attaques dont vous êtes victimes, ne faites pas de violences, ne manifestez jamais sans déclaration de manifestation. Je vous ai dit la dernière fois, je ne marcherais jamais sur les cadavres pour entrer à Etoudi. Restez mobiliser, le combat continue » a martelé l’ancien ministre délégué à la justice.

Maurice Kamto était entouré lors de son allocution par les lieutenants de son comité stratégique de campagne, notamment Albert Nzongang, Celestin Djamen, Alain Fogué. Concernant les élections législatives et municipales à venir, Kamto n’est pas passé par quatre chemins : « les même causes produisent les mêmes effets ! » Une façon de dire qu’il ne s’engagera pas dans cette autre élection si les conditions ne sont pas profondément revues pour le déroulement d’une élection transparente.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut