› Politique

Cameroun : les résolutions de la première session ordinaire de l’Association des régions du Cameroun

Les résolutions de l’Association des régions du Cameroun
Présidents des Conseils régionaux en session de travail à Yaoundé (Droit réservé)

Du 1er au 02 mars 2022, l’ARC a tenu sa première session ordinaire à l’hôtel de ville de Yaoundé. Au terme des travaux, des résolutions ont été prises dans le but de traiter les préoccupations liées aux différentes ressources.

La rencontre a permis aux 10 présidents des Conseils régionaux et des exécutifs régionaux d’examiner ensemble des problèmes communs auxquels ils font face. Au terme des assises, ces autorités décentralisées ont formulé des doléances et des vœux à l’endroit du gouvernement. Il s’agit, entre autres, des pistes de résolution des préoccupations liées aux ressources humaines et financière, ainsi qu’aux lenteurs du gouvernement.

Une fonction publique locale en vue

A propos des ressources humaines, les exécutifs projettent le recrutement et surtout la formation des cadres pour pallier l’absence ou le déficit de personnels, ainsi que des compétences. A ce sujet, l’ARC a convié le directeur de la National School of local administration (Nasla) aux travaux de Yaoundé.

«Il a fait ses propositions. Nous avons dit que nous allons rester les étudier pour qu’on arrive à un consensus. En perspective, il y a la création d’une fonction publique locale. On verra comment former les gens, les conditions d’admission des différents candidats, la durée de la formation, le contenu de ladite formation », a expliqué le président de l’ARC Gilbert Tsimi Evouna sur la radio d’Etat, Crtv

Accélérer l’examen de la loi sur la fiscalité locale

Quant aux ressources financières, les présidents des Conseils régionaux ont plaidé pour l’accélération du processus d’adoption de la nouvelle loi portant fiscalité locale. La loi de 2009 traitant de la question ne prenant pas en compte les spécificités des régions.

Cependant, « l’avant-projet de loi devait être examiné l’an passé. Ça n’a pas été le cas, on espère que lors de cette session, on ne force rien, c’est un vœu, à la session de mars qui va s’ouvrir dans quelques jours, si ce projet de loi peut être examiné, ce serait une très bonne chose. C’est sur cette base-là qu’on pourra lever la plupart de nos recettes », suggère le président du Conseil régional du Centre.

Accélérer l’élaboration des cahiers de charge

Par ailleurs, les chefs des exécutifs régionaux ont déploré le fait que les départements ministériels tardent à boucler l’élaboration des cahiers de charges. Or, le 28 février 2021, le chef de l’Etat a signé quatre décrets portant transferts de compétences. « Il faut qu’ils acceptent, le maître a dit. Ça ne vient pas de nous mais nous devons les comprendre. Notre ministre (Georges Elanga Obam, Ndlr) a même demandé que nous intervenions aussi à notre niveau comme l’association est déjà là », explique Gilbert Tsimi Evouna.

Enfin, les régions ont pris la résolution de constituer un groupe de travail qui devra  s’inspirer de l’organigramme élaboré par le Conseil régional du Centre. C’est dans le but de mettre sur pied l’organisation type des régions.

La prise en compte de ces vœux participera de la réalité de la décentralisation au Cameroun dont le processus de mise en œuvre est en cours depuis 1996.


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé