Société › Société

Cameroun: Les résultats du BTS bientôt disponibles ?

Le ministre Jacques Fame Ndongo de l’enseignement supérieur a répondu par l’affirmative

Les quatre examens nationaux organisés par le ministère de l’Enseignement supérieur (BTS, Hnd, Dsep, Hpd) concernent les dix régions de la République, ce sont donc des opérations qui prennent du temps et qui exigent des vérifications méticuleuses. C’est une démarche classique, régulière et orthodoxe (…) Il n’y a aucun retard. Relisez le communiqué que j’ai publié le 13 février 2009 (n°09- 0040/Minesup/Peex/Sex)
Jacques Fame Ndongo, ministre de l’enseignement supérieur, dans une interview accordée au journal Mutations

Cette année encore comme c’est devenu le cas depuis l’affaire Dong en 2007, les résultats du Brevet de Technicien Supérieur (BTS) et autres examens organisés par le ministère de l’enseignement supérieur connaitront une publication tardive des résultats. Se prononçant sur la question sur les ondes du poste national, Jacques Fame Ndongo(MINESUP) a tenu à rassurer que les corrections avaient déjà débuté et que les résultats étaient imminents. Une information qu’il a reprise dans un communiqué rendu public hier. Le ministre de l’enseignement supérieur justifie ce que beaucoup de personnes considèrent comme étant un retard désobligeant, par la nécessité d’être méticuleux et pointu. Le texte dont il est question précise simplement que les résultats devraient être rendus en Août.

Les retards n’ont-ils pas débuté avec l’affaire Ndong Bernard?

En 2007, ce responsable du ministère, en charge de l’organisation de ces examens, s’est enfui avec plus de 200 millions de Fcfa. A la suite de ce forfait, la procédure de déblocage des fonds a été renforcée. Cette information qui n’est pas confirmée par des responsables du MINESUP pourrait justifier la raison pour laquelle les corrections on débuté il y a seulement dix jours.

Face à ces lenteurs, des propositions ont été faites dans le sens d’une décentralisation des examens du BTS, en conférant cette responsabilité aux institutions universitaires. Une solution que n’envisagent pas les responsables du ministère. L’autre solution était de créer un office spécialement chargé de gérer tous ces examens, comme c’est le cas pour le Baccalauréat. A ce sujet précisément. Le ministre a déclaré que J’ai déjà proposé cette solution depuis 2007. J’attends des instructions. Au Cameroun, les questions relatives à l’éducation en général sont du ressort de la loi. Une proposition de loi sur cette voie serait plus judicieuse.

Jacques Fame Ndongo, ministre de l’enseignement supérieur
bonaberi.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé