Société › Société

Cameroun: Les salons en rotin font toujours recette!

Leurs fabricants font de bonnes affaires

Je fais ce métier depuis environ 20 ans et je gagne bien ma vie.
Jean Tsoungui



Le commerce des salons en rotin a le vent en poupe à Yaoundé. L’activité est exercée par de nombreux Camerounais qui en ont fait un métier à part entière. Au lieu dit Mvog-Mbi jeunes, moins jeunes, adultes et vieux sont à l’ouvrage. Ici c’est une véritable industrie où le travail se déroule à la chaîne. Les lianes qui vont servir à la fabrication de ces salons se transportent des villages par certaines personnes qui viennent les vendre à l’état pur en ville aux fabricants des salons à raison de 5500 francs CFA le mètre. Jean Tsoungui en fait partie, lui qui fabrique les salons en rotin depuis de longues années. « Je fais ce métier depuis environ 20 ans et je gagne bien ma vie » lance t-il.

Une fois les lianes achetées, il faudrait les mesurer pour savoir combien de salons on pourra fabriquer. Car selon Jean T. 6 mètres de rotins sont suffisant pour fabriquer un salon. Une autre équipe se charge de transformer les rotins à l’aide d’un appareil à gaz appelé chalumeau qui permet de donner la forme voulue aux rotins. Une fois ce travail préliminaire a été effectué, les salons peuvent maintenant être fabriqués par une équipe composée de 8 personnes nous apprends notre consultant à qui nous avons arraché quelques minutes de son précieux temps pour répondre à nos préoccupations. L’équipe travaille ainsi en synergies pour satisfaire le plutôt possible les multiples clients. La fabrication d’un salon, selon JT, dure près de deux semaines, pendant ce temps une autre équipe, composée de tapissiers confectionne des coussins pour des client qui veulent habiller ou orner leur salons.

Salon en rotin
journalducameroun.com)/n

Il faut ire qu’il n’y a pas que les salons en rotins que l’on fabrique ici. On y retrouve aussi des commandes des Corbeilles, des Paniers, des Ôtes dont les prix varient entre 1500 francs CFA et 3000francs CFA. A cet endroit qu’on pourrait qualifier de carrefour du rotin, chacun a le c ur à l’ouvrage, des modèles différents de salon sont exposés pour permettre aux clients d’avoir des possibilités multiples de choix. Grand petit ou de dimensions moyennes, ces salons attirent toujours le regards des personnes qui empruntent le taxi au carrefour.

Pour Jean Tsoungui, les affaires se portent bien puisque ces salons se vendent à partir de 60.000 francs CFA la pièce. D’autres se vendent même à 180.000francs CFA. On peut donc comprendre aisément l’intensité de cette activité à Yaoundé. Les clients eux, viennent de divers horizons. En une journée, une dizaine de clients font des commandes spéciales. c’est tout le monde qui vient la commande, mais c’est beaucoup plus certains expatriés .nous révèle notre fabricant vendeur. Pour lui la journée de travail commence à 6heures du matin et s’achève à 18heures, heure à laquelle il faut emballer et fermer la boutique.

Le commerce des salons en rotin prospère dans la capitale camerounaise. Il y a encore quelques années cette activité n’était pas autant prisée. Car les populations étaient beaucoup plus amenées à acheter dessalons en cuir. C’est une époque ou ces salons étaient réservés à la basse couche de la population. Tous les vendeurs sont d’ailleurs unanimes sur le fait que les salons en rotin ne sont plus uniquement une affaire de [ b pauvres ] mais aussi et surtout, des personnes qui connaissent la valeur de la matière et du design. Même si l’activité nourrit bien son homme, elle se pratique malheureusement encore de manière anarchique sur un axe routier qui gagnerait à être moins encombré.


journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut