Société › Société

Cameroun: Les Sawas de Yaoundé à l’unisson

Pour le lancement officiel de la fête traditionnelle du Ngondo, ils se sont donnés rendez-vous au complexe sportif de Yaoundé

Une première pour les Sawa de Yaoundé
Pour la première fois, les Sawas, une appellation attribuée aux populations vivant sur le littoral camerounais, ont organisé un grand rassemblement à Yaoundé la capitale du pays, pour le lancement de l’édition 2010 du Ngondo. Cette fête traditionnelle se déroule normalement en décembre. Tout a débuté avec une conférence de presse, pour donner les grandes articulations des manifestations de Yaoundé. Un défilé des associations et groupes culturels Sawa est parti de Paquita au quartier Mvog-Ada pour le lac municipal, sur lequel s’est effectuée une parade nautique le samedi 11 septembre. Une activité qui s’est déroulée avec la permission des autorités traditionnelles de la ville de Yaoundé. Nous avons pris des dispositions pour associer à l’événement Sa Majesté Atangana Marie Thérèse épouse Assiga, chef supérieur des Ewondo et des Bene. Nous n’allions tout de même pas venir à Yaoundé et faire à notre tête. Sa Majesté Assiga demandera aux génies du Lac de nous être hospitaliers, avait fait savoir à la conférence de presse, Louis Roger Manga, le responsable de la communication du Ngondo. Par la suite, les activités qui se sont poursuivies au palais des sports ont pris les allures d’une véritable foire. Exposition des associations et des objets d’art présentant les valeurs culturelles Sawa. Le moment fort aura été la cérémonie de présentation du bureau du Ngondo à Yaoundé. A la tribune, de nombreuses personnalités originaires du groupement Sawa. On a ainsi pu voir Laurent Esso, le ministre secrétaire général de la présidence, David Etame Massoma, le ministre en charge du Contrôle supérieur de l’Etat, René Manga Bell, le chef supérieur Douala, les autres chefs Sawa, dont les chefs Akwa et Batangas, mais aussi des personnalité comme Bell Luc René, ancien patron de la police et gouverneur, le ministre Michel Zouah des sports et Roger Mbassa Ndine, l’ancien secrétaire général du ministère de l’Economie.

Une absence de certaines élites
Tous à l’exception du ministre des sports, qui n’est pas originaire de ce groupement, vêtus de leur traditionnel pagne, chemise et foulard, pour les hommes, et un Kaba, pour les femmes. Les activités du week-end à Yaoundé faisaient office de répétition générale. «TiITIBE», la persévérance, en français est le thème de la présente édition. La 300ème du genre, selon les organisateurs. Le choix de Yaoundé pour cette ouverture participe de la volonté manifestée par la communauté Sawa de Yaoundé d’en être l’hôte. Une soirée culturelle gratuite ouverte au public a été donnée le soir du 11 avec comme artistes Sawas de renom, Hugo Nyame, Ngoye Jeca et Germaine Ebele. Avant cela, le public a eu droit à une conférence sur le thème « Le Ngondo, les Sawa, l’indépendance et la réunification», avec les points de vue du Pr. Abwa, ancien doyen de la Faculté des lettres de l’université de Yaoundé I, de l’historien philosophe Kangue Ewane, d’Henri Manga et du professeur Ebénezer Njoh Mouelle.

Le Ngondo est une fête traditionnelle camerounaise. Elle réunit les peuples Sawa à Douala lors de la première semaine de décembre. Une association qui regroupe tous les Sawa et s’intéresse des questions économiques, politiques, sociales ou mystico-religieuse, a indiqué le prince René manga Bell, qui insiste qu’il ne s’agit nullement d’une secte. Malgré l’ambiance de fête qui régnait, un flottement de tension n’a pas manqué d’être perceptible. Dans les commentaires, on évoquait constamment l’absence de certaines élites Sawa. La mise sur pied d’un bureau à Yaoundé n’était pas au goût de tous. D’où toute la symbolique de la bénédiction de ce bureau par le chef supérieur René Manga Bell et ses autres chefs de cantons.

Cameroun: Les Sawas de Yaoundé à l’unisson

Journalducameroun.com)/n

À LA UNE
Retour en haut