Eco et Business › Tech

Cameroun : les start-ups n’ont aucune nouvelle du CDIC lancé depuis 6 mois

Céremonie de lancement du CDIC

L’infrastructure annoncée comme incubateur national ayant pour but de propulser les start-ups, n’a pas tenue sa promesse jusqu’ici.

Les start-ups coptées pour intégrer le centre d’incubation du gouvernement CDIC s’impatient. Lancée le 08 février 2022, il était question que ces jeunes pousses intègrent le centre dès le lancement.

Ce sont 12 jeunes qui avaient été sélectionnés pour la première vague. « Ils vont de l’agriculture à la santé, en passant par e-commerce, l’éducation et le foncier », soulignait le Minpostel.

« L’admission en incubation au Centre de Développement de l’Economie Numérique (CDIC) va permettre aux lauréats du challenge numérique de murir leurs projets, tout en profitant de l’accompagnement des experts du CDIC ».

Partie des quatre coins du pays, les jeunes pousses sont rentrées de Yaoundé lors du lancement, avec pour espoir « c’est imminent ». Depuis six mois, ces jeunes entrepreneurs de l’innovation n’ont pas encore été contactés.

« C’est décevant que le gouvernement se comporte de cette façon. Quand on voit comment les pouvoirs voisins se démêlent pour mettre la technologie au-devant de leur développement, nous avons l’impression que le Cameroun manque de volonté. Quand nous avons été reçus par le ministre des Postes, nous avons eu le sentiment que c’était un début de quelque chose pourtant », déplore un incubé qui a préféré rester en anonyme.

Et un autre de dire, « même si le Minpostel est en train de s’organiser la moindre des choses c’est de communiquer avec nous. L’infrastructure est déjà bâtie, l’inauguration a été pompeuse, honnêtement qu’est-ce qui manque pour lancer cette incubation ? ».

Comme ceux-ci, plusieurs sont en attente. D’autres ont pour l’heure proposé une descente au ministère des postes et Télécommunications pour avoir amples informations de la situation. Proposition qui est en étude pour le moment.

Quelques projets à incuber

Le premier, Dzembouong Tiam Erik Gyslain se propose de mettre sur le marché un AGROPAD. C’est un kit d’irrigation solaire intelligent, doté des capteurs géré par IA et disposant d’une application web/Android déjà en ligne a-t-on appris. Son projet veut palier à la baisse de la production agricole due aux dérèglements climatiques, à la sécheresse etc.
Le deuxième projet est celui de Kame Dime Flaubert qui propose la Smartbox-Station. Il s’agit de la création des casiers intelligents à colis connectés, qui serviront d’adresse de livraison. Cette initiative veut répondre au problème de livraison dans le e-commerce en Afrique centrale en général et au Cameroun en particulier.  Njoh Wollo Arnaud Rostand propose Thinfood, une livraison de produits alimentaires et pharmaceutiques à partir d’une application mobile etc.

Le Cameroon Digital innovation centre (CDIC), est selon le gouvernement un générateur d’écosystèmes numériques. L’infrastructure apportera l’état de l’art de la technologie à toutes les activités économiques afin d’accélérer leur transformation digitale.

Du côté du Minpostel, le gouvernement reste confiant concernant ce projet, bien que n’étant pas disposé à communiquer sur l’état d’avancement de ce projet, « l’inauguration n’a rien à voir avec le lancement« , souligne ce département ministériel.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé