› Société

Cameroun : les transporteurs routiers menacent d’une « grève illimitée » dès le 6 avril

Des taxis au Cameroun.

Ils dénoncent les tracasseries policières dans le sillage des mesures édictées par le gouvernement pour endiguer la propagation du coronavirus au Cameroun.

Le « préavis de grève générale » est adressé ce  30 mars au Premier ministre et est signé d’une quinzaine de « présidents de syndicats nationaux des transporteurs routiers du Cameroun ».

L’objet de la colère des transporteurs routiers c’est le coronavirus, et les mesures prises par le gouvernement pour limiter la propagation de l’épidémie.

Au rang de ces mesures, l’obligation pour les taxis de ne prendre que trois personnes à bord, au lieu de quatre, voire cinq comme cela est devenu la norme. Mais aussi pour les transporteurs interurbains dont les bus ne doivent pas contenir plus de 50 passagers.

« Nous vous avons saisi en date du 23 mars pour vous affirmer l’adhésion du secteur des transports routiers (tous segments confondus) aux mesures édictées par le gouvernement pour contenir la propagation du Covid-19 au Cameroun », écrivent les transporteurs routiers.

Mais en plus de n’avoir pas reçu de réponse du Premier ministre, à la première comme à la seconde correspondance qui pressait le chef du gouvernement d’ouvrir un « dialogue social » sur la question, les transporteurs routiers disent subir « abus et tracasseries diverses [de la part] des forces de maintien de l’ordre dans l’application de ces mesures ».

Des motifs qui poussent ces transporteurs à décider d’un « préavis de grève générale et illimitée qui prendra effet à partir du lundi 06 avril 2020 ».


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé