Société › Société

Cameroun: Les travaux des chercheurs bientôt sur un portail électronique

Grace à un appui de l’Institut de recherche pour le développement, le ministère de la Recherche scientifique envisage de mettre sur pied un portail électronique sur le système national de recherche

Au terme d’un atelier organisé le 1er juin 2015 à Yaoundé, le ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation (MINRESI) a officiellement lancé les travaux du projet d’implémentation du portail électronique sur le système national de recherche et d’innovation.

Cette plateforme numérique qui bénéficie de l’appui d’un organisme français, l’Institut de recherche pour le développement (IRD), vise à «rendre accessible et exploitable toutes les productions scientifiques et innovations réalisées par les chercheurs et innovateurs camerounais».

A travers ce portail innovant qui sera réalisé par le Cabinet KETS dirigé par Jacques Henje, il y aura un dialogue entre les créateurs du savoir (chercheurs et professeurs) et les industriels ou entrepreneurs, pour la matérialisation et la production des biens et services susceptibles de développer le pays.

D’après Jacques Henje, directeur du consultant KETS, cette base de données numérique hébergera les informations fournies par les instituts de recherche, les universités et grandes écoles, les chercheurs et innovateurs indépendants.

Et Laurent Manga Bela, conseiller technique n°2 du MINRESI et représentant de la ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation Madeleine Tchuinte lors cette cérémonie, de préciser que l’infrastructure à mettre sur pied participe de «l’optimisation de l’usage de la recherche fondamentale et appliquée comme source de richesse».

Ce d’autant plus que d’après Isabelle Morlais, représentante du Représentant résident de l’IRD au Cameroun: «L’innovation est la clé de la compétitivité. Elle ouvre les marchés de demain. Et la clé du développement réside dans la recherche scientifique.»

C’est dans un délai de trois mois que l’entreprise KETS est appelée à réaliser le projet aux relents futuristes, dont «le coût des travaux est évalué à une trentaine de millions de francs Cfa».


recherche-eveillee.com)/n


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé