Opinions › Tribune

Cameroun: Lettre adressée à Monseigneur Befe Ateba par Ouest Littoral

Par Ouest Littoral

MONSIEUR BEFE ATEBA PRÉSIDENT DU CNC

Objet: Votre dernière convocation

Monsieur le Président,

J’ai l’honneur de venir auprès de votre haute bienveillance remercier tous les membres du Conseil pour l’accueil qui a été réservé à mon collaborateur et moi vendredi dernier.

J’étais venu en colère, prêt à toute éventualité, gonflé à bloc. Mais j’ai été «dégonflé» par votre attitude et celle de vos collaborateurs. C’est un véritable crève-c ur pour moi d’avoir à remercier des responsables d’une institution mise en place par le régime actuel ; mais lorsque l’élégance prend le pas sur la menace, s’incliner devient un impératif des plus absolus.

Bien sûr que nous nous sommes séparés sur un profond désaccord. Bien sûr que nous avons attendu pendant des heures avant d’être reçu; ce serait malhonnête de vous imputer une quelconque faute. Ne pas reconnaître que vous avez tout fait pour que cette attente soit la plus acceptable possible.

Le Président de séance Peter Essoka de manière claire et ferme a défendu le Conseil et ses prérogatives. Il a eu cependant la finesse et l’intelligence nécessaires pour entendre mes arguments. Je suis sûr de ne l’avoir pas convaincu du bien-fondé de ma démarche. Comment lui en vouloir de défendre les intérêts de la structure dont il est l’un des principaux responsables ? C’est vrai que ma camarade Suzanne Kala Lobé, comme à son habitude, a tout fait pour plomber l’atmosphère. Nous la subissons de-puis maintenant plus de 25 années, c’est désormais à vous et à votre Conseil de porter le fardeau. Mais même si elle est parfois exaspérante, nous l’aimons bien quand même car elle n’est ni méchante, ni rancunière, qualités qui font sortir une partie du bon côté de la nature humaine.

M’étant battu pendant près d’un quart de siècle pour faire sortir la censure de la presse des mains de l’Administration pour celles de la justice, je suis persuadé que l’homme que j’ai rencontré pour la première fois vendredi dernier à Yaoundé peut comprendre, à défaut de l’accepter, la nature de mon combat.

Si je pouvais me permettre de vous faire un reproche, ce serait de n’avoir pas réuni, dès votre prise de fonction, tous ceux qui ont permis l’avènement d’une certaine liberté de la presse dans ce pays afin de trouver ensemble, une espèce de «gentlemen agreement». J’ai la certitude que si une telle réunion avait eu lieu, les événements dommageables des dernières semaines auraient été impossibles.

C’est pour cela que j’aimerais vous rencontrer, votre convenance, afin de nous accorder sur nos désaccords qui demeurent importants, de telle sorte que la défense des intérêts de nos structures respectives ne débouche pas sur une espèce de guerre de tranchées.

Une fois de plus, je vous prie de remercier tout votre Conseil. Le Président Peter Essoka pour son calme et pour son tact. En continuant sur cette voie, vous pouvez améliorer sensiblement vos relations avec la presse privée qui voit toujours, à juste titre, d’un mauvais il les incursions de l’Administration ou d’un de ses démembrements – dans le domaine de la censure.

Dans l’espoir qu’une nouvelle ère dominée par; un respect mutuel va s’ouvrir entre le Cnc et Ouest Littoral, je vous prie d’accepter, Monsieur le Président l’expression de mes sincères remerciements.

Monseigneur Befe Ateba, président du CNC
africapresse.com)/n
A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut