Opinions › Tribune

Cameroun: Lettre de Charles Ateba Eyene à Paul Biya

« … Les Camerounais, selon les chiffres des brasseries ont consommé 600 millions de litres de bière en 2012, soit l’équivalent d’un fleuve… »

Monsieur le Président de la République,
C’est toujours un grand privilège de partager avec votre excellence, quelques réflexions susceptibles d’appeler votre très haute attention sur certains problèmes capables d’entraver l’avenir de notre pays. Vous voyez, votre excellence, lors de l’interview dans une radio occidentale il y a plus de deux décennies, dit que vous souhaitez que l’on se souvienne de vous comme «celui qui a apporté à son peuple la démocratie et la prospérité». Qui dit mieux! Mais en 2013, il se trouve qu’une partie seulement de vos v ux peut correspondre à la réalité. Ceci parce que la richesse globale du pays se trouve entre les mains de quelques personnes saris scrupules. Ces derniers ont mis sur pied, à tous les niveaux, un système criminel basé sur le contrôle et la manipulation des niasses et surtout des jeunes. Rien ne prouve que cette technologie sordide axée sur l’intimidation et le chantage puisse sortir le Cameroun et les camerounais de la pauvreté. Le pays, depuis le microcosme, malgré les apparences, vit dans la peur. Nous sommes impressionnés par l’hypocrisie de certains de vos collaborateurs chargés de vous répercuter ces types de malaises. Le fait qu’en quelques mois, des Camerounais de 16 à 25 ans ont été tuées de la manière la plus odieuse ne peut pas être un fait banal. Le fait que, dans les émotions mystiques certaines des parties de leur corps ont été mutilées ne doit laisser indifférent. Tout se passe comme si les nombreux adeptes de l’occultisme de chez nous ne tiennent qu’à vivre en accord avec les lois cosmiques, au détriment de la misère et de l’injustice qui sévissent.

Monsieur le Président,
Tous ceux qui ont eu le privilège de recevoir une éducation éthique et morale où le succès passe par le travail et l’effort sont perdus dans notre République transformée en république du copinage. Ici, le bon sens politique est devenu déficitaire, ceux qui sont impliqués dans les cercles complexes développent une mentalité politique curieuse et non favorable au progrès. De plus en plus nombre de patriotes sont victimes des puissances affreuses de ceux qui se réclament des sociétés sécrètes, de sectes et réseaux mafieux. Plusieurs Camerounais sont pourtant honnêtes et prêts à tout pour la paix et l’émergence du pays. Malheureusement, ces der-fiers se heurtent aux logiques paranormales des adeptes de l’occultisme.

Excellence,
L’opinion générale sous votre régime s’inquiète du fait que de nombreux fraters des loges, des sociétés sécrètes non qualifiés occupent des positions et postes dont les non-sectaires généralement qualifiés ne peuvent rêver. Ces Illuminati, en dehors des secrets qu’ils cachent au grand au grand public n’apportent rien de pertinent à la dynamique sociale et à l’innovation. D’où l’incompétence observée par Votre Excellence. Une enquête menée par Jeune Afrique en 2009 montre que les sectes ont conquis l’Afrique. De toute évidence, le Cameroun représente le flambeau en la matière, avec tous les dégâts que l’on enregistre au plan social. Pour ce qui est de la consommation de la drogue, les experts renseignent que le pays est passé de depuis 2011 de simple pays transit à pays de destination et de culture de la drogue. Les Camerounais, selon les chiffres des brasseries ont consommé 600 millions de litres de bière en 2012, soit l’équivalent d’un fleuve. Notre pays est classé, la même année; premier pays consommateurs de vins de Bordeaux en Afrique. C’est le même palmarès en ce qui concerne le champagne. Pour ces derniers cas, connaissant le prix d’une bouteille de vin de Bordeaux ou de champagne, l’élite est forcément mise au banc des accusés. Elle se révèle plus prédatrice que productrice. Tout cet argent orienté vers la boisson ne peut-il pas développer le pays. Le fait qu’un «pays pauvre et très endetté» (Ppte) réalise de telles performances en matière de consommation de vins de supérieure ne constitue-t-il pas un paradoxe? Entre-temps, le petit peuple, la jeunesse et les enfants se contentent des whiskies miniaturisés aux noms les plus divers: Kitoko, Lion d’Or, King Arthur. Où a-t-on jamais vu ça?

Monsieur le Président,
Avoir la même réputation que la Pologne en matière de consommation d’alcool et celle de la Colombie en ce qui concerne la consommation de la drogue amènent forcement les autres à se méfier de nous, Il ne s’agit pas là d’une conversation sur l’invisible. L’alerte aux loges, aux sectes, aux drogues et à l’alcool davantage fait dans cet ouvrage doit amener Votre Excellence et à prendre des mesures spéciales visant à ramener le pays dans l’esprit de 1982 basé sur la rigueur et la moralisation: De concepts devant marquer l’authenticité de votre régime. On peut extirper les crimes rituels de notre société en combattant le règne des loges et des sectes qui entraînent le grand décervelage des citoyens et le dérapage de leurs esprits. On peut combattre les rituels en luttant contre la consommation abusive de l’alcool et des drogues. Car, il se trouve que les adeptes des crimes rituels sont généralement de grands consommateurs à la fois d’alcool et des drogues.

Excellence,
Il n’y a aucune dignité et aucune efficacité à installer les sectes au c ur de la République. Cela favorise les exclusions sociales qui sont un facteur de conflits dans toute société. C’est aussi une autre forme de dépendance vis-à-vis d’un monde occidental où vivent les gourous desdites sectes. Les crimes rituels obéissent à la géopolitique du chaos et il faut les combattre au même titre que la corruption et les détournements de fonds publics, sinon plus. Nous vous proposons de créer un Tribunal spécial pour juger et condamner les adeptes des crimes rituels. Ceci va certainement rétablir la confiance entre le peuple et les dirigeants, et donner plus de crédit et de légitimité à vos discours sur la sécurité des personnes et des biens, la nouvelle dynamique et sur l’audace dont les jeunes doivent faire montre. Nous vous suggérons ensuite d’encourager et de soutenir la création des coalitions contre les phénomènes immoraux dans notre société, car c’est votre régime qui assume le fardeau de toutes ces déviances à tous les niveaux de la société. Il faut en outre, faire observer Monsieur le Président de la République risques pointus d’un conflit de générations du fait du narcissisme des vieillards dans notre pays. Le fait que plusieurs d’entre eux s’éteignent alors qu’ils exercent le pouvoir enlève toute dignité à la notion de patriarche au sens africain. Cet aspect de la chose est prendre très au sérieux pour éviter des surprises désagréables. Il ne suffit pas d’avoir été Ministre, Directeur général, Député, Gouverneur pour avoir présomption de l’expérience. On a fini par comprendre que cette technique vise tout simplement la conservation du pouvoir au moment où le pays a besoin de sang neuf et de nouvelles idées pour décoller. Dans un gouvernement où il y a des gens qui ont trop accumulé, chacun se bat plus que pour Conserver ses acquis. Chacun évite que l’autre prenne son poste. Dans un tel esprit, il ne faut absolument pas attendre des résultats concrets.

Monsieur le Président,
Si rien n’est fait de façon formelle et éclatante pour apporter des solutions aux préoccupations des Camerounais de la base qui vous soutiennent depuis des années, la thèse de l’impunité sera jamais légitimée. Or, aucun Chef d’État qui aspire à entrer dans l’histoire positive ne peut abandonner son pays aux loges, aux sectes, à l’alcool, à la drogue, l’homosexualité et aux crimes rituels. A plus de 80 ans, on doit être vrai et vigilant, car aucun alibi ne tient devant le Tribunal de l’histoire.

Veuillez agréer, Excellence, l’expression de notre haute et déférente considération.

Charles Ateba Eyene
A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut