Opinions › Tribune

Cameroun: Lettre ouverte à tous les patriotes camerounais

Appel au boycott actif des élections du 30 septembre 2013

Chers compatriotes, le destin du Cameroun pour les prochaines décennies se joue maintenant. Monsieur Biya et son régime ont une seule et unique volonté, celle de perpétuer le système moribond dans lequel ils nous ont plongés depuis plus de trente (30) ans. Système basé essentiellement sur : -La division des Camerounais par le biais du tribalisme, du clientélisme, du népotisme, de la fraude et de la corruption,

-La culture de la peur à travers l’intimidation et la répression,

-L’enrichissement insolent et injustifié d’une minorité d’individus délinquants à col blanc qui excellent dans les détournements à grande échelle des fonds publics.

Chers compatriotes, il est temps d’y mettre résolument un terme ; c’est pourquoi, nous, le Conseil des Camerounais de la Diaspora(CCD), en appelons au bon sens de chacun pour boycotter activement la nième mascarade (pour ne pas dire une insulte de plus à l’endroit d’un peuple martyrisé) que le régime de monsieur Biya s’apprête à commettre le 30 septembre 2013. refusons une fois de plus d’être complices de cette autre forfaiture ! Nous, Membres du Conseil des Camerounais de la Diaspora, appelons de vive voix tous les patriotes, où qu’ils soient à prendre toutes les mesures possibles pour mettre fin à cette imposture au nom de l’intérêt général du peuple camerounais. Le danger que représente le régime de M. Biya pour la cohésion sociale et l’unité nationale n’est plus à démontrer ; celles et ceux qui hier ont accepté de contribuer à asseoir ce régime en payent le prix fort aujourd’hui.

M. Biya a eu l’audace de rêver, qu’il pouvait par le canal de son clientélisme habituel, avoir la mainmise sur le Conseil des Camerounais de la Diaspora(CCD). C’est à ce titre qu’il a dépêché son ministre monsieur Paul Atanga Nji à Paris nous proposer deux (02) postes de député. Face à ces propositions malsaines, le CCD lui a opposé un refus inébranlable, et lui a réitéré les attentes qui sont les siennes et celles du peuple camerounais ; à savoir l’ouverture du jeu démocratique, et la mise sur pied d’une Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Cette dernière elle-même dirigée par une personnalité de la société civile jouissant d’une certaine crédibilité au sein de la population camerounaise. (L’exemple du Cardinal étant ici une des parfaites illustrations).
Pour information, M. Atanga Nji au cours de notre rencontre a déclaré, avec assurance, que le Parti Etat le Rdpc remporterait les élections avec au moins 90% des suffrages, avant d’ajouter que le Sdf aura un maximum de sept députés, et le MRC de Maurice KAMTO zéro député (La caméra dissimulée dans le pansement que portait un membre de la délégation ministérielle peut être mise à la disposition du public si jamais la partie adverse venait à contester nos propos). Face à un jeu démocratique aussi tronqué et biaisé, modèle par excellence du système Biya, force doit rester du côté du peuple pour dire non à l’inacceptable. Chers compatriotes, fort de ce constat, le Conseil des Camerounais de la Diaspora (CCD) prendra toutes les mesures contribuant à mettre un terme à ce régime dictatorial et tribal. Un régime qui roule pour des réseaux mafieux tapis dans l’ombre, ne saurait protéger le peuple camerounais uni dans ses souffrances et ses douleurs.

C’est à ce titre que nous lançons un vibrant appel aux forces vives de la nation et aux Patriotes Camerounais, épris de justice et de liberté et qui aspirent à la démocratie, où qu’ils se trouvent, d’apporter leur soutien inconditionnel au renversement du régime croulant et illégitime de Yaoundé.

Vive l’avènement d’une IIème République, vive le Cameroun

Paris, le 10 août 2013

Image d’illustration
cameroun24.net)/n
A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut