› Politique

Cameroun : levée de siège autour de la résidence de Maurice Kamto

Un policier qui lève le siège devant la résidence de Maurice Kamto, ce 8 décembre à Yaoundé.

L’opposant au régime de Yaoundé en résidence surveillée depuis plus de deux mois.

Le dispositif autour du domicile du leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) est levé depuis ce matin 8 décembre 2020. Les policiers et les gendarmes déployé aux entrées menant à sa résidence et devant les portes de son domicile ont levé le siège.

Ils étaient une quinzaine, souvent un peu plus, qui se relayaient jour et nuit pour empêcher Maurice Kamto de se mouvoir hors de sa maison. Toutes les visites étaient de fait filtrées et la plupart interdites. Maurice Kamto ne recevait que ses avocats et les membres de sa famille.

Cette mise ne résidence surveillée avait commencé le 20 septembre, deux jours avant les marches du 22 septembre que Maurice Kamto avait appelée pour dire non aux élections régionales, demander la fin du conflit dans les régions anglophones et le départ du président Paul Biya du pouvoir.

Les marches du 22 septembre avaient été peu courues et plusieurs militants du MRC ont été arrêtés puis incarcérés sous le motif d’insurrection, notamment.

Pour de nombreux analystes, le pouvoir de Yaoundé a maintenu Maurice Kamto en résidence surveillée afin de tenir les élections régionales dans le calme. Ces élections sont eu lieu le dimanche 6 décembre dernier.

Dans une sortie ce 8 décembre,  le ministre de la Communication (Mincom), René Emmanuel Sadi, annonce s’est félicité de ceque les élections ont pu se tenir malgré les menaces des groupes séparatistes et de certains leaders de l’opposition. Il a annoncé « réajustement des mesures prises pour mettre en échec le mouvement insurrectionnel lancé par le MRC (Mouvement pour la renaissance du Cameroun) le 22 septembre 2020 ».


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé