Politique › Institutionnel

Cameroun : l’ONU demande aux autorités de rétablir Internet dans les régions anglophones

©Droits réservés

Un émissaire de l’institution est venu le suggérer aux autorités, pour le bien des populations, particulièrement celui des jeunes entreprises qui accumulent des pertes.

Le Représentant spécial du Secrétaire général et chef du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA), M. François Louncény Fall, exhorte les autorités camerounaises à examiner avec diligence les difficultés des populations et des entrepreneurs des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, qui sont privés d’Internet depuis mi-janvier 2017.  « C’est une situation déplorable. Mais je suis persuadé que cet important outil de développement, de communication et d’épanouissement collectif sera progressivement rétabli sur l’ensemble du territoire camerounais », a-t-il indiqué avant de quitter le Cameroun le 13 avril au terme d’une visite officielle de quatre jours.

Durant son séjour, le représentant de l’ONU en a profité pour rendre visite aux détenus de la crise anglophone, notamment Félix Nkongho Agbor Balla et l’animateur radio Mancho BBC. Les avocats chargés de leur défense et ceux d’autres citoyens concernés lui ont aussi fourni des informations utiles à la compréhension de ce dossier que les Nations Unies suivent avec une attention soutenue. « J’encourage le gouvernement camerounais à prendre toutes les mesures qu’il jugerait appropriées, dans les meilleurs délais et dans le cadre de la loi, afin de créer des conditions favorables au renforcement de la confiance nécessaire à la sortie de crise », a noté M. François Louncény Fall. Dans cette perspective, il a souligné que « la poursuite d’un dialogue sincère et constructif tenant compte des acquis est primordial ». Il a ajouté que, le cas échéant, les Nations Unies restent disposées à continuer à « accompagner cette dynamique afin de contribuer aux efforts des autorités et de leurs partenaires dans la recherche de solutions consensuelles et durables à cette situation ».

François Louncény Fall a sans doute transmis ces préoccupations de l’ONU aux personnalités qu’il a rencontrées au Cameroun. « J’ai eu des échanges fructueux et pleins d’espoir avec toutes les parties prenantes », a-t-il déclaré, évoquant par la même occasion ses échanges avec le Secrétaire général de la Présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh ; le ministre des Relations extérieures, Lejeune Mbella Mbella ; et le Délégué général à la Sûreté nationale, Martin Mbarga Nguélé. Le Représentant spécial a également eu des discussions avec des membres de la société civile, des leaders de l’opposition, des membres du corps diplomatique et ceux du Système des Nations Unies.

En somme, l’ONU, par le biais de son représentant, se dit prête à disposée à « accompagner cette dynamique (de dialogue) afin de contribuer aux efforts des autorités et de leurs partenaires dans la recherche de solutions consensuelles et durables à cette situation ». Cette sortie vient apporter une réponse à l’indignation de Maurice Kamto, le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), qui s’inquiétait du silence de la communauté internationale face à la crise qui paralyse toujours les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest.

François Louncény Fall reviendra au Cameroun à l’occasion de la 44e réunion ministérielle du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC) prévue à Yaoundé du 29 mai au 2 juin 2017.

 

 



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé