Politique › Institutionnel

Cameroun: L’UDC accuse le RDPC et le SDF de bipolarisme, le SDF sujette à une fronde

Les tendances des résultats aux sénatoriales, confirmées lundi 29 avril 2013 par la Cour Suprême, fait des vaques dans ces deux partis politiques

L’Union démocratique du Cameroun (UDC), la quatrième force politique du pays avec cinq députés à l’Assemblée nationale et près d’une dizaine de conseils municipaux, a dénoncé lundi, la mauvaise tentative de la bipolarisation de la vie politique national, en prévision de la confirmation des tendances des sénatoriales ce lundi. L’UDC indexe notamment le parti présidentiel, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir) et le Social democratic front (SDF), parti-leader de l’opposition parlementaire. Cette sortie de l’UDC est consécutive au soutien apporté par le RDPC au SDF lors des élections sénatoriales et alors que l’UDC et le SDF étaient en compétition serrée dans la région de l’Ouest. Nous prenons à témoin tous les Camerounais contre un coup de force en préparation contre la démocratie, et nous appelons nos compatriotes à ne pas y prêter une oreille attentive au moment où quelques compères veulent s’approprier le gâteau national, tranche l’UDC.

C’est également ce sujet du soutien du RDPC qui fait gronder au sein du SDF une fronde. Des militants qui accusent la direction d’avoir signé un deal avec le RDPC au pouvoir, sans l’aval de la base. La fronde la plus violente vient de la section régionale du Littoral, à Douala, où des militants ont, dans une pétition, sommé la direction du parti de s’expliquer sur des rapports flous qui existeraient entre le SDF et le RDPC. Après avoir décrit le parti comme un fonds de commerce de Fru Ndi que de nombreux militants du SDF ne sont plus prêts à soutenir, la pétition souligne que ces derniers exigent des explications claires au sujet de ce rapprochement inquiétant entre le RDPC et le SDF, d’autant que, relève-t-elle, cela se fait pour le positionnement personnel de quelques individus et non pour l’intérêt du parti.

Adamou Ndam Njoya, président national du l’UDC

lecamerounaisinfo.com)/n

À LA UNE
Retour en haut